A- A A+
18 janvier 2018

Pour ce samedi matin 13 mai 2017, c’est une météo peu favorable aux ébats subaquatiques qui accueille les Morses de la calanque du bout du monde.

La mer développe une forte houle avec un léger vent d’est, mais deux Morses laborieux du samedi matin (Jean-Claude et Frédéric) sont bien décidés à partir en ballade dans les jardins de Neptune et laisser de côté tournevis, marteau et autres clefs plates qui rythment depuis quelque temps les activités de fin de semaine dans notre base.

Embarquement sur le Suscle II pour se faire gansailler (ou « remuer » pour ceux qui ne parlent pas marseillais), la destination est classique au regard des conditions météo : la calanque de Pouars, cette trouée dans le trait de côte qui représente un bel abri serein pour les bateaux et les plongeurs au nord-est de l’île Plane, une île au profil plat avec un point culminant à 22 m. D’ailleurs, son autre appellation est l’île Calseraigne : l’île à la calanque sereine.

Direction le tunnel dans une eau à 16°, une houle remuant le fond et déplaçant ainsi de nombreuses particules, rend la visibilité très moyenne, voire presque nulle (voir photos).

 

Ouf ! Les voilà de l’autre coté et se dirigent, main droite, le long du tombant de l’île où ils croisent de nombreux plongeurs : des Morses comme des non Morses (voir photos).

 

 

 

Beaucoup de sars, de beaux rougets, quelques vieilles (labres) et pas mal de girelles, éponges, une moule grande nacre (parfois appelée « jambonneau hérissé » !), gorgones, etc.

 

 

Frédéric a même eu une étoile, qui brillait dans ses yeux !

Au bout de 46 minutes de plongée pour une profondeur de 24 mètres, les revoilà sur l’embarcation. Les autres palanquées sont récupérées, retour vers notre base du bout du monde : Callelongue.:

Hercule, avec Ulysse, est l’un des plus célèbres héros de la mythologie grecque. Sa vie a été rythmée par les jalousies et caprices des dieux depuis son enfance jusqu’à l’accomplissement des 12 travaux qui lui ont été imposés.

Des travaux qu’aucun homme normal n’aurait été capable d’accomplir. Mais Hercule, en tant que demi-dieu, fut doté d’une force incroyable dès la naissance qui lui permit de venir à bout de sa tâche. Au final, il aura fallu plus de 8 ans au héros pour réaliser tous ces travaux qui l’auront fait voyagé dans toute la Grèce.

Dans la mythologie callelongaise, les travaux herculéens se concrétisent souvent le samedi matin lorsque la météo est maussade.

En effet, dès son arrivée à notre base, le dynamique président de MSLC s’empresse de vérifier le contenu de la boîte aux lettres et, pour ce samedi 6 mai 2017, c’est un chèque de l’assurance du "Suscle II" - destiné à couvrir une partie des frais de réparation - qui consacre le travail herculéen de Lucien, notre président de la section plongée, qui a bataillé ferme pour obtenir gain de cause.

A l’arrivée de Lucien, ce président béni par Neptune, la remise du chèque se fait sous les flashes des photographes afin d’immortaliser ce moment tant attendu.

    

La journée a bien commencé, François et Pierre continuent sans faiblir les travaux préparatoires à la mise en place du guindeau électrique pour le "SuscleII". 

  

Le temps ne permettant pas de faire une plongée, de grands travaux commencent : dépose du portail d’entrée pour démontage des roulettes afin de les graisser après un nettoyage et le traitement de la corrosion. A la manœuvre, nous retrouvons Marc, Luc, Guy, Jean-Claude et Frédéric

  

Pendant ce temps, Martine s’emploie à nettoyer la plaque cuisson de la cuisine ; elle est bientôt rejointe par Jean-Claude armé d’une machine inventée par Vulcain le dieu du feu et des volcans : le nettoyeur haute pression à vapeur d’eau « Kärcher ».

 

La matinée n’est pas finie car il y a aussi les poubelles plus que pleines à vider.

 

Bref une journée de travaux d’Hercule pour des Morses du bout du monde, récompensée par un apéritif et un repas pris ensemble en toute convivialité ; il ne manquait que le gâteau pour conclure cette matinée de dur labeur.

Les trois R forment un sigle qui peut avoir plusieurs significations :

  • Une stratégie de gestion des produits en fin de vie et des déchets qui en découlent, visant à :
  • Réduire la quantité de produits qui arrivent en fin de vie ;
  • Réutiliser des produits ou certaines de leurs parties qui deviendraient autrement des déchets ;
  • Recycler les matières premières.
  • En médecine d'urgence, ils font référence à la citation en anglais du Dr Trunkey « good trauma care depends on getting the Right patient to the Right place at the Right time », ce qui signifie : les soins adaptés aux traumatismes consistent essentiellement à amener le bon patient au bon endroit et au bon moment.
  • Dans l'éducation des pays anglo-saxons, ils désignent les notions fondamentales que sont la lecture, l'écriture et l'arithmétique : reading, 'riting (writing) and 'rithmetic (arithmetic) que doivent acquérir les jeunes enfants.
  • Au village gaulois de Callelongue, là où se niche une colonie de Morses, les trois R ont pris – en ce samedi 29 avril 2017 – une nouvelle signification. Suite à une information donnée par Jeannot, habitant le cabanon "Siam Fatigua", un bateau de belle taille serait resté plusieurs jours à la verticale de l'Ancre de Callelongue. A cette nouvelle, le sang de Jean-Claude EUGENE (vieux Morse mâle à collerette orange, une espèce en voie de disparition) n’a fait qu’un tour.

            

Un Retour sur site s’impose, « l’Ancre de Gégène » aurait-elle eu à pâtir de cette présence ? Accompagné de Frédéric, Jean-Claude part en reconnaissance équipé de son gilet de stabilisation de type collerette fabriqué par Maurice FENZY (brevet déposé en 1961) et de son appareil photo sous boîtier étanche (datant du 21è siècle après J-C).

Une fois sur place, et après s’être assuré que l’Ancre et son environnement immédiat n’avaient pas souffert de la présence momentanée d’un imposant bateau de plaisance, le président de MSLC – soucieux de montrer l’exemple, suite aux décisions prises lors de la réunion des encadrants du 19 avril 2017 – participe un exercice de « Remontée d’un plongeur en difficulté ».

La démonstration présidentielle est éblouissante ! A tel point que le moniteur qui effectue l’évaluation est obligé de porter des lunettes de soleil. L’attaché de presse du président a d’ailleurs immortalisé la scène.

Un périple sous-marin de 54 minutes avec une profondeur atteinte de 21 mètres facilite les Rencontres avec la faune et la flore locales, sources d’agréables surprises : un beau poulpe indigné par la présence de deux hommes grenouilles dans la calanque, une petite langouste, plusieurs sortes de poissons et deux magnifiques spirographes.

           

 

            

 

                                                        

La visite chez les Morses de plongeurs ambertois - donc en provenance d’Ambert, commune située dans le Puy-de-Dôme – est une occasion de découvrir ou redécouvrir la fourme d'Ambert, un fromage à base de lait de vache, à pâte persillée, non cuite et non pressée, à croûte sèche et fleurie ; sans oublier le saucisson d'Auvergne, une spécialité locale de nos terroirs que l’on peut déguster sous toutes ses formes : saucisse sèche, saucisson sec, jésus pur porc, rosette.

                                                         

 

Les mœurs subaquatiques des Morses leur imposent de maintenir en état les deux « navires supports de l’activité de plongée » selon l’expression employée dans les textes officiels.

Un chantier naval est donc inauguré à Callelongue en ce samedi 22 avril 2017. Il est structuré en deux ateliers distincts : un consacré à la préparation du Suscle II en vue de l’installation d’un guindeau électrique, l’autre orienté vers des opérations d’entretien du Barracuda.

Après avoir découpé puis plastifié une des deux faces du support en contreplaqué marine du futur guindeau électrique du Suscle, François continu la plastification de l’autre face du support avec l’aide de Frédéric le colonel de service.

Les contours du futur emplacement du guindeau et d’une trappe de visite sont déjà tracés sur la planche, c’est un travail digne d’un architecte naval qui se déroule sous les yeux d’une équipe de Morses se préparant pour des aventures sous-marines.

IMG_2901.JPG IMG_2903.JPG

Après avoir effectué un état des lieux du "Barracuda II", le sémillant président de MSLC et Frédéric (encore lui) constatent qu’un regonflage du flotteur et quelques recollages de morceaux d’équipements en toile (bandes de recouvrement des poignets par exemple) lui donneraient plus fière allure.

D’où retour à la base pour y prendre un bloc de plongée et le flexible pour gonflage de pneumatique, un tube de colle issu de la réserve personnelle du président de MSLC, une paire de ciseaux, etc. La réception des travaux d’entretien est effectuée par le président de la section plongée en personne.

IMG_2921.JPG IMG_2923.JPG

Sont-ce des vapeurs ou autres émanations aux effets hallucinogènes en provenance des bidons de résine polyester ou du tube de colle néoprène ? Mais il semble que des Vampirella - issues de la race des Vampiris vivant originellement sur la planète Drakulon - se sont mêlées à l’équipe des Morses plongeurs.

L’envoyé spécial du journal Le Morse a pris des photos de ces deux étranges créatures. Elles ressemblent bien à des vampires sortis du film "Vampirella" réalisé par Jim Wynorski.

IMG_2905.JPG IMG_2918.JPG

Grâce à mon Père, merci Papa, j’avais avant même d’arriver à Nouméa un magnifique semi-rigide sur remorque de 6 mètres avec un moteur Yamaha 100 CV flambant « presque-neuf ». Je dois dire que j’entretiens avec mon bateau une relation amour-haine.

Je ne compte plus le nombre de fois où je l’ai voué aux Gémonies. A commencer par le jour où je l’ai reçu dans son container le lendemain de mon arrivée. Tout en gérant mon installation personnelle, à la prise en main d’un nouveau métier et à l’apprivoisement d’une quarantaine de nouveaux collègues, il m’a fallu trouver en 48 heure un emplacement où le stocker et dans la foulée trouver une bonne âme pour le tracter jusque là. Imaginez le stress! Avec beaucoup de chance, j’ai réussi à obtenir un emplacement au port à sec de Boulari. L’endroit n’est pas extraordinaire à 30 minutes de chez moi, mais il a le mérite d’être un peu plus proche des spots du Sud: la corne sud, l’ilot Mato, l’île Ouen ou la Baie de Prony ...

Heureusement, il fonctionne à merveille, même si après six mois, je n’ai toujours pas réussi à immatriculer la remorque. Car après la recherche d’une place, il m’a fallu installer un crochet à ma nouvelle voiture, obtenir le permis E, voir si les éclairages fonctionnaient, ce qui n’est toujours pas le cas. Donc impossible de passer aux mines et d’obtenir une carte grise. Enfin, j’ai quand même le droit de le promener sur sa remorque dans l’enceinte du port à sec et surtout de le mettre à l’eau.

Mais pour une journée en mer, il faut également s’assurer d’une bonne météo. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas gagné à Nouméa. Oh, c’est certain, il fait beau pratiquement tous les jours. Mais avec quatre jours sur cinq, un alizé qui se renforce au fil des heures pour dépasser les 25-30 nœuds au cours de l’après-midi. Parfait pour un tour de voilier, mais très inconfortable en zodiac sauf si on a le vent dans le dos.

Et pour terminer, il faut arriver à convaincre quelques camarades de tenter l’aventure. Sur le papier, tout le monde est toujours très enthousiaste. Mais le jour venu, les candidats disparaissent. Entre les obligations: familles, astreintes … et les nombreuses autres tentations: plongée en club, kite, randonnées, sortie plage sur les ilôts tout proches… les candidats prêts à prendre quelques risques fondent comme neige au soleil.

Mais cette fois, c’est mon jour de chance: mon ami Marc se décide à la dernière minute, banco ! Il adore la mer. Il m’invite souvent les jours de grand vent sur son voilier, c’est un marin qui connait le vent et le soleil et ne va pas bouder si les conditions forcissent un peu. Il n’a pas peur de partir à l’aube, ni de rester en mer jusqu’au coucher du soleil. Et il ne craint pas de plonger hors club. Chance.

Marc propose d’explorer la baie de Prony que je ne connais pas. La baie est réputée parmi les voileux comme un des meilleurs abris. Elle est immense, sauvage et les mouillages sont légions. Le village de Prony abrite quelques cabanes de weekend. Pendant l’hiver austral, les baleines à bosses apprécient ce havre et viennent y mettre bas.

Prony1
Mer d’huile et pins colonnaires

Pour la première fois, j’embarque deux cylindres sur mon bateau. Des dix litres trois cents bars, ce qui nous autorise deux plongées de 40 minutes pour ceux qui arrivent à gérer leur air avec modération dans un minimum de volume. Marc propose de plonger sur l’aiguille de Prony. J’acquiesce  avec enthousiasme. Le site est réputé unique au monde, du moins à si peu de profondeur. C’est une source hydrothermale qui en précipitant avec l’eau de mer a produit une stalagmite géante allant de moins 37 mètres à un peu plus d’un mètre sous la surface.

Prony2
Attention, danger isolé

L’endroit est d’apparence facile  d’accès, une balise marque le site. Il est autorisé de s’y amarrer et comme  la baie est des plus tranquilles, cela ressemble au rêve de tout plongeur. Mais les deux disques noirs indiquent bien un danger, nous aurions dû mieux y prêter attention. A peine la tête sous l’eau, Marc entraperçoit un requin foncer droit sur lui. On s’interroge : quelle espèce de requin ? Inoffensive ou dangereuse ? Faut-il poursuivre ou abandonner ?  Les requins n’attaquent jamais les plongeurs, il faut en être convaincu.

Alors nous nous convainquons du mieux possible en plongeant rejoindre les abysses. Il faut d’abord traverser une première couche d’un mètre d’eau douce, qui refuse de se mélanger avec l’eau de mer. Cela crée une ambiance de lumière diffuse toute particulière, plutôt sombre. Nous allons logiquement droit au fond, tout en longeant l’aiguille. Et là, posé sur le sol, j’observe.   

Prony3
Ombres et lumière

L’aiguille se dessine en contre jour. Tout comme notre ami le requin qui de temps à autre se laisse fugacement entrevoir. Ambiance, doum-doum, doum-doum. Je parie pour un requin bouledogue, pas des plus rassurants.

Il me semble distinguer un autre massif, qui se dessine à peine dans le bleu. Comme Marc m’avait indiqué que l’aiguille est relativement petite pour une plongée, et que je suis toujours curieux, je lui fais signe de partir explorer. Oui, c’est bien un énorme bloc qui se dresse sur le fonds mélange de sable et de boue. Nous poursuivons. Des barracudas viennent nous observer. Nous cessons de regarder derrière et au dessus de nous. Arrivé à la paroi, je me mets dos au mur et je scrute l’eau turbide.

Prony4
Dessin de l’IRD, très ressemblant …

Le voilà, il s’approche escorté de trois grosses carangues speciosus adultes et trainant comme une escorte d’une demi-douzaine de remoras. Oui, c’est sûrement un bouledogue. Je retiens ma respiration et le regarde s’approcher. Il arrive et l’espace d’un instant, nos regards se croisent. Et pan, d’un coup de queue le voilà reparti se cacher dans l’eau trouble.  

Pas trop rassuré avec Marc, nous poursuivons notre exploration avec toujours un œil derrière la tête. Il est difficile de se concentrer sur les coraux et les nudibranches qui semble-t-il abondent à cet endroit. A vrai dire, je n’ai pas réussi à en voir une seule de toute la plongée, distrait par notre ami qui par épisode se rappelle à notre bon souvenir. Comme si nous allions l’oublier!

A force de chercher à le garder en ligne de mire, nous finissons par faire plusieurs tours sur nous même et nous perdre. Marc pense que le bateau est d’un côté, je suis convaincu de l’autre… Nous décidons de remonter dans le bleu, sans trop faire biper nos ordinateurs, mais sans trop traîner non plus... Ouf, le bateau n’est pas loin et il n’y a aucun courant. J’ai vite fait de quitter mon gilet et d’un coup de palme énergique remonter dans le bateau. Saufs !

Prony5

 

Il n’est que dix heures du matin. Nous décidons de poursuivre plus calmement par une exploration du fond de la baie où se jettent plusieurs rivières. D’abord la baie du carénage où deux voiliers à l’ancre se reposent dans un somptueux écrin de verdure. Puis en poursuivant avec peu de fonds vers la rivière des Kaoris. Personne. Et pourtant, il y a un joli ponton qui mène à un bassin d’eau alimenté par une source d’eau thermale: le bain des japonais. Et pour finir tout à l’extrémité de la baie, une magnifique petite cascade d’eau douce qui permet tout à la fois de se délasser et se dessaler. La végétation est je comprends presque intégralement endémique. Là encore, tout est à la fois familier (des buissons, des pins, des arbustes), mais subtilement différent. Je regrette de ne pas être botaniste.

Nous prenons le chemin du retour et décidons de faire un stop sur l’ilot Casy. Il y a là une petite plage déserte avec une bel ombre où je suis certain qu’il ferait bon camper. Après un rapide sandwich, une petite sieste réparatrice, nous cherchons et trouvons un chemin balisé qui nous mène au sommet de l’ilot, où nous attend une vue panoramique sur toute la baie. A part l’usine de nickel de Vale en rade nord à laquelle il vaut mieux tourner le dos, aucun bâtiment n’est visible. Une pluie soudaine change l’ambiance, mais rapidement le soleil revient.

L’heure tourne, nous réembarquons pour embouquer le canal de Woodin. Entre les falaises de la grande terre et l’ile Ouen, les rivages sont presque déserts et très arborés. Le courant est au maximum, la surface de l’eau dessine des courbes et des embryons de maelstrom  impressionnants. J’hésite à plonger seul, il me reste une demi-bouteille, Marc ayant séché la sienne à la première plongée. Puis finalement, je me lance au pied du phare de Woodin.

Prony6
Le phare de Woodin

Marc me dépose dans la baie, à l’abri du courant. Après l’expérience du matin et compte tenu de la réputation du canal pour le « gros », je ne fais guère le fier et me colle au récif. J’ai bien indiqué à Marc mon intention de passer la pointe et me laisser emporter par le courant. L’eau est trouble, la visibilité ne dépasse pas les 15 mètres. A peine immergé, un banc de grosses carangues me tourne autour, elles me suivront toute la plongée. Je suis partagé entre l’idée de rejoindre le milieu du canal pour voir le « gros » et celle de rester près du récif pour protéger mes arrières. Alors j’oscille entre les deux au gré de mon courage. La plongée est trop vite terminée. Je remonte avec un goût de trop peu, à refaire au plus vite avec au moins un camarade pour gonfler mon courage.

Enfin, je ressors satisfait d’avoir sorti mon bateau et réalisé mon programme de plongée. De retour avec le soleil déclinant, je l’aime bien aujourd’hui mon semi-rigide. Je rêve déjà à la prochaine sortie. Il me faudra convaincre quelques camarades pour m’accompagner. Marc me répète plusieurs fois que l’aiguille de Prony, il faut la faire de nuit car c’est tapis de crabes et autres crustacés. Mais aussi, caché dans l’ombre …

Avis aux amateurs.