A- A A+
17 novembre 2018

Juin 2004, je « débarque » à Callelongue avec un niveau 1 « mers chaudes » …

Juin 2010, me voilà MF1 et pour la petite histoire « major (ette) » de promo.

OK, les majors de promo une spécialité de Callelongue ?

D’abord Marie-Laure puis dans la foulée Johan (pour leur BEES 2). Comme c’est à eux 2 que je dois d’avoir « grandi » subaquatiquement parlant, on serait tenté de croire que cela a déteint sur moi ! Enfin, je ne vais quand même pas comparer un MF1 avec un BEES 2 quand on connaît le contenu des épreuves physiques de ce dernier … Mais, c’est un « bonus » en guise de remerciement que j’offre aux encadrants qui m’ont accompagnée tout au long de ce parcours « pédagogique ».

 Parce que si tout a commencé en salle, au sec, en janvier 2009 pour l’aventure du MF1, cela a continué en milieu naturel et artificiel (eh, oui, j’en ai profité pour aller en piscine à La Granière avec Protis) : Cassis, La Ciotat, Les Lecques, Saint-Cyr, l’Estaque, la Côte Bleue, Marseille, j’ai profité de cette opportunité d’être stagiaire péda pour traîner mes palmes de-ci delà, pour échanger avec d’autres moniteurs, pour m’adapter à d’autres plongeurs. Structures associatives ou commerciales, j’ai partout été bien accueillie, et j’ai observé, noté, plongé, testé, amélioré … douté, puis rebondi !

 

Se faire attendre c’est se faire désirer…

Le dicton est autant valable pour un monitorat…. tant attendu,

Que pour une monitrice bloquée dans les embouteillages….

Dimanche 13 juin, les morses se préparent à partir sur le veyron, mais on patiente un peu, car on attend notre nouvelle MF1, major de sa promo de surcroît!

Et Mickael ne résiste pas à lui préparer un accueil personnalisé….

Bravo Véro, et je te souhaite de belles plongées… n’oublie pas de faire un peu d’explo de temps en temps…..

 

 

 

 

L’ombre du plongeur.

Notre Ami Gabriel DIDOMENICO,  dit le " Têtard "nouvel adhérent à la section plongée de MSLC, vient de nous faire cadeau, du "plongeur de l’Amitié".

Ce plongeur représente, une vie de scaphandrier professionnel.

Comme vous pouvez le voir sur ces photos, au début de ses premières plongées, son ombre le suivait, au milieu elle l’égalait, à la fin elle le dépassait.

Merci Gabriel, pour le plaisir que nous avons eu à lire tes 4 premiers livres.

Nous attendons impatiemment la sortie de ton 5°, qui parait-il  sera " les Inédits du Têtard ".

Encore quelques aventures palpitantes à vivre, sans se mouiller tranquillement dans son fauteuil ou mieux son lit.

A bientôt de te lire. 

les ombres des plongeurs

Grand beau temps sur La Ciotat en ce mois d’avril, les dauphins dans la baie, les conditions idéales pour s’initier aux mélanges. Le collège des instructeurs Provence-Alpes proposait à ses membres un stage trimix élémentaire. Evidemment j’étais partante ! Pour une fois que je peux me remettre en situation d’élève. Après deux plongées de (ré) adaptation au maniement du pony et du parachute avec dévidoir (qui nous a valu de bons éclats de rire), nous avons pu goûter à l’hélium. Pas convaincue sur le premier mélange (18% d’hélium seulement, pas une grosse différence à 55m), j’ai vite compris quand les pourcentages se sont élevés. A nous les joies des descentes dans le bleu sans narcose, mais aussi la précision des remontées à la minute près. Ce stage tout en rigueur anglo-saxonne (avec calculs de run time et autres best mix) a trouvé en Provence une résonance toute latine, grâce à la chaleur de nos formateurs Alain Beauté et Jean-Marie Garat. Et le dernier jour, la récompense, Philippe Peyrusse de Plongée Passion nous a conduit sur l’épave d’un junker 88 posé près de Cassidaigne, sur un fond de 72m. 74 en fait, mais ça il ne faut pas le dire car le trimix élémentaire est limité à 70m! La descente est longue, mais une fois au fond on se sent comme à 30m. Du coup on peut profiter tranquillement de l’avion et de ses nombreux habitants. 
Et juste avant de remonter, sur le sable, plein de pennatules, ces fameuses plumes roses connues de Johan et Luc…. Mais c’est une autre histoire!

trimix2

trimix3

 

 

Plongée Teck. 
Tout d'abord, un recycleur, qui se compose de: 1 filtre à chaux sodé, une bouteille d'oxygène de 2 ou 3 litres, une bouteille de diluant (trimix ou nitrox) le tout pesant entre 23 et 25 kg.
La préparation du mélange, c'est le plus compliqué: suppresseur piloté à l'air comprimé entre 8 à 10 bars, qui gonfle en mélangeant, l'oxygène et le diluant.
Avantage de ce type de plongée, pas de risque de bulles plus d'autonomie, paliers plus courts.
Optimisation de la décompression, d'où plongée plus profonde et plus longue, sans d'énormes paliers et délai raccourci entre les plongées.
Voilà pourquoi ces Clermontois viennent à Callelongue, pour essayer de concurrencer notre célèbre Téléscaphe?..qui fut à cette époque une grande avancée dans le monde sous-marin, mais qui n'a duré qu'une saison !...
Nos clermontois tiendront-ils plus d'une saison?...
A moins qu'ils trouvent du nouveau matériel un peu plus lourd et encombrant.
Alors pour ceux qui seraient tenté par ce genre de plongée Teck à vos palmes.
img_2870