A- A A+
19 septembre 2018

La Sainte-Baume forme comme une marche entre la Provence occidentale et la Provence varoise. Arbres majestueux et riches sous-bois cohabitent dans les vallons. Le massif offre un micro-climat très particulier. Les nuages arrivant de l’Est ou du Sud Est s’accrochent facilement le long de la crête. La forêt de feuillus y retient l’humidité. Il en résulte une richesse hydrologique importante, rare en Provence et une végétation originale, juxtaposant flore et arbres provençaux aux espèces alpestres.

 

Cette balade au départ d’Auriol, proposée par notre accompagnateur Patrick, nous a fait découvrir les multiples facettes de la Sainte Baume : vallons encaissés et humides, plateaux de garrigues emplis de lumière, pentes ombragées et fleuries, à-pics calcaires vertigineux, véritables balcons de la Provence.

Nous stationnons nos véhicules aux Encanaux, site remarquable de la commune d’Auriol, qui est le point de départ des itinéraires de randonnée vers le massif de la Sainte- Baume. Il offre aux visiteurs une promenade agréable le long de la rivière jusqu’à sa source. Le site est équipé de tables de pique nique et d’un parcours sportif.

Cinquante mètres avant le Pont des Encanaux, nous prenons à droite un sentier qui s’élève rapidement au dessus de la rivière. Cet ancien chemin muletier, comme en témoignent les soubassements en pierre sèche, permet de remonter le ravin des Infernets et celui de la Coutronne, jouant sans arrêt avec le lit du ruisseau. Celui-ci est non pérenne et progresse sur de belles dalles calcaires érodées en cuvettes. La végétation est mixte, mêlant joncs, prêle, chèvrefeuilles et végétation plus sèche telle que pins, argelas et pèbre d’aï...

 

Ce sentier nous conduit à un plateau dégagé puis jusqu’à une piste sur la droite, au pied du Tour Cauvin, dent rocheuse pelée. D'où le nom de tour chauve ou « cauvin ».

Au col de Cros, nous allons en direction du col de Bertagne à la végétation rase et sèche qui contraste nettement avec la forêt du vallon

 

Après avoir déjeuné au soleil à l'abri du vent, nous rejoignons un monument, dédié aux Excursionnistes morts pour la France durant les première et deuxième guerres mondiales.

 

Nous profitons du superbe point de vue :

au sud : la plaine cultivée de Cuges-les-Pins, l’île de Porquerolles, Bandol,

puis vers l’ouest, La Ciotat, la baie de Cassis, Marseille, le mas­sif du Garlaban, la Chaîne de l’Etoile et la descente vers Gémenos…

 

C'est déjà l'heure du retour par le même chemin. Un grand merci à Patrick pour avoir mené cette belle promenade et à tous pour la bonne humeur tout au long de la journée.

Photos : Geneviève MARTIN