A l’initiative du comité Provence Alpes côte d’Azur et comité départemental 13 de la FFESSM et de la Fédération Française de Spéléologie,  (FFS) une session d’initiation à la plongée sous terraine était proposée les 2 et 3 avril  à cassis.

Le programme est alléchant, premier jour le samedi la grotte de Port-miou avec sa légendaire résurgence connue depuis l’antiquité.

Le lendemain dimanche la résurgence du Bestouan toujours sur la commune de cassis.

Trois de nos Morses se sont inscrits, Miria, Laurence et Bibi.

20220402_161458.jpg

Le temps n’est pas des plus favorable, houle, vent violent et température de pingouin, mais la sortie est maintenue, la calanque de Port-miou est bien abritée.

Rendez-vous de bon matin huit heure au parking des Gorguettes à Cassis pour nous regrouper dans les voitures.

Grosse doudoune bonnet vissé sur la tête, on arrive tous les trois presque en même temps sur le lieu de rendez-vous, on s’organise dans une bonne ambiance, efficace conviviale dès le départ, cet accueil très chaleureux par les 9 bénévoles pour encadrer les 13 participants de ce stage d’initiation nous réchauffe le cœur.

Ça rigole mais on sent tout de suite la puissance de l ‘organisation, trois fourgons bien plein de matériels, bi,  stab, casques, détendeurs, compresseur, matériel de sécu, leur efficacité et leur sérieux nous met rapidement en confiance.

IMG 20220403 WA0002

C’est qu’il en faut du matériel pour plonger en sécurité en souterraine, on nous briefe, tout le matos doit être en double, principe de redondance, en cas de défaillance, deux blocs séparés de même volume, deux détendeurs, au moins deux lampes deux masques etc… règle des quarts, on retourne quand on a consommé un quart de notre autonomie en air.

On respire alternativement sur un détendeur et puis sur l’autre pour garder la même pression dans les deux blocs séparés, tout doit rester à porter de main sinon de regard, la visi n’est pas toujours le point fort de la plongée en souterraine. On ne lâche jamais le fil d’Ariane.

Tout est dit c’est du sérieux nous sommes confiants et entre de bonnes mains.

Après une petite nage d’approche, en surface, de quelques centaines de mètres pour économiser notre air, nous y sommes;  un parachute au fond nous signale l’entrée de la grotte, organisation, planification au top.

C’est à tour de rôle par deux que nous entrons dans la cavité, mon cadre, (encadrant,) c’est Michel, les palanquées se suivent, je suis juste derrière celle de Laurence, Miria partira quelques palanquées plus tard.

20220403 141100 1Laurence

En attendant que l’entrée se dégage nous allons explorer une partie  latérale  d’où sortent les tuyaux de Rio tinto qui transportent les anciennes boues rouges vers le canyon de la Cassidaine, ambiance urbex mi grotte, mi industrielle, on se glisse entre les gros tuyaux et les poutrelles métalliques qui les supportent, au moins une palanquée précédente est déjà passée par  là, la visibilité n’est pas au top entre les posidonies mortes accumulées et le trouble causé par les palmages, précédents mais c’est une belle explo d’attente.

Nous ressortons c’est notre tour pour avancer dans la grotte, de nombreux coquillages jonchent le sol, coquilles d’huitres, de moules, de chlamys , l’entrée est tapissée d’huitres plates et vivantes, quelques violets sont présents aussi cela fait plaisir d’en voir là, on n’en rencontre plus beaucoup dans nos plongées classiques.

IMG 20220404 WA0010

Etrange sensation que d’avancer dans cet univers minéral qui se déroule sous nos yeux, la grotte est spacieuse, par endroit, l’éclairage des lampes fixées sur nos casques est précis mais pas très large, pour contempler il faut un peu se contorsionner en regardant par les côtés, en effet si on lève la tête  le casque heurte la protection des robinets, se déplace vers l’avant pousse le masque vers le bas , et on est bon pour un vidage de masque, pas top…mais bon un grand sentiment d’aventure dans un lieu pourtant très connu.

 La progression se poursuit derrière mon cadre, la vie fixée s’appauvrie, pas de poisson, on n’est pas là pour ce type de rencontre, mais tient !...

Luc

Tout de même, nous sommes observés, des centaines de paires d'yeux luminescents ponctuent les fissures sombres, des crevettes cavernicoles aux longues antennes blanches et aux pinces graciles  (Sténopus spinosus peut être)sont regroupées là en un amas d'étoile .

Quelques  bébés holothurise d’à peine deux centimètres, sontégalement présent posés sur le fond lisse. je n’en avait jamais observé de si petits. 

On continu dans cette cavité , le fil d’Ariane pincé entre deux doigts , les bulles courent sur le plafond pour former de nombreux petits miroirs d’interface, la roche est nue, fracturée, le sol jonché de galets, c’est magique, mais mon cadre inspecte mes manomètres, et fait le signe de demi-tour, index pointé vers le haut animé d’un mouvement de rotation,  il est temps de rentrer, 50 bars  consommés, c’est l’heure du retour,  pour une première c’est vraiment  une belle expérience.

IMG 20220404 WA0014

Arrivé dehors, les yeux encore remplis des bulles étincelantes, et des parois magnifiées par l’éclairage de nos lampes, le cœur gonflé de ce sentiment de l’exploit (dérisoire peut être) accomplis, il nous faut rapidement aider l’équipe à remonter les blocs vers le compresseur pétaradant, situé au-dessus dans la carrière.

Les blocs doivent être bien remplis pour offrir un maximum d’autonomie en toute sécurité.

Il est temps de se changer car le vent glacial n’a pas cessé, et la combi humide ne protège plus beaucoup de ces températures sibériennes. (Ben quoi on est Marseillais ou quoi !)

On contribus cependant à la mise en place et au transport de matériel pour assurer les plongées des palanquées suivantes, une collaboration de toutes et tous, qui participe à la bonne ambiance, dans des aller-retours incessants.

thumbnail

Il est temps de se restaurer, on partage les pates au pistou et la tarte Tatin entre les petits groupes qui se sont formés.

Puis c’est l’heure du partage des sensations, des remerciements pour la disponibilité de tous ces encadrants et pour l’efficacité de la planification et de l’organisation.

Première journée, vivement demain.

Résurgence du Bestouan .

télécharger

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, le vent est tombé soleil au rendez-vous et ambiance plus printanière.

Même quantité impressionnante de matériel, mais cette fois ci moins de portage les roches plates du Bestouan sont à peine à une volée de marche du lieu du parking.

Personne à notre arrivée, sur les roches il y a bien quelques intrépides baigneuses, des habituées qui nagent face à la plage, bonnet de bain sur la tête et non pas bonnet de laine.

Nous nous étalons sur les roches face à la sortie du port, après quelques aller-retour tous le matos est enfin réuni, les affaires personnelles également.

La journée s’annonce radieuse, les ordres de passage des palanquées sont inversés, quasiment bibliques, les derniers seront les premiers.

Donc avec Laurence nous passerons dans les derniers, cet ordre ne changera presque rien pour Miria qui se trouvait en milieu de peloton.

IMG 20220404 WA0010

Assis en rond, Jérémie en tant que grand organisateur, nous présente les dernières recommandations ainsi que le descriptif de l’exploration à venir.

Une entrée (ou une sortie)de la résurgence se situe à quelques mètres seulement de notre lieu de bivouac technique.

Comme la veille l'organisation est réglée comme du paier à musique, noria de blocs qui remontent au gonflage, préparation rodée par l'expérience,et pour les participants qui anticipent un peu plus, préparent leur matériel en amont de leur plongée.

Nous participons activement, aux manutentions, aide au capelage, au relevage des plongeurs qui affublés de leurs lourds bi et du double de matériel, ont du mal à se remettre sur pied.

L’attente est plaisante avec le soleil qui nous réchauffe, la mer toute proche les copains et copines avec qui on échange, tout le monde est plus serein fort de l’expérience de la veille. C’est un printemps assumé, presque l’été sous les yeux curieux des quelques badauds intrigués par cette tribu de scaphandriers lourdement harnachés affublé de casques aux phares globuleux.

C’est à nous, matériel fin prêt étalé dans l’ordre d’habillement, dernières vérifications, les détendeurs droits et gauches sont en places sur le devant du torse,  attachés par des bandes de chambre à air "les Kaouechs", code couleur pour les correspondances des manos et détendeurs pour bien équilibrer les consommations des deux blocs, deux ordis bien visibles sur les avants bras. Main libres pour toujours tenir le fil d’Ariane sans jamais le lâcher.

Vient le moment d’attacher et bien régler le casque muni de deux puissants phares.

Et c’est parti pour le saut droit mon cadre qui revient d’une précédente plongée est en surface et n’attends plus que moi.

Nous nous retrouvons devant l’entrée, à peine un mètre et demi de profondeur, c’est surprenant bien que prévenus, l’eau est très trouble en raison du mélange des eaux douces en provenance du bassin versant de la St Baume et de l’eau de mer du Bestouan la halocline est turbulente.

Immersion, à tâtons, je me dirige vers l’entrée, suivi de mon cadre, étrange impression de se glisser dans ce boyau étroit d’un mètre environ sans rien voir de net, le casque cogne contre le plafond, le ventre racle sur les galets du fond, puis au bout de quelques mètres la visibilité s’améliore, l’eau redevient limpide je ne peux m’empêcher de gouter, c’est bien de l’eau douce, à 16 degrès, confirmation par mon ordi, l’eau est légèrement plus chaude que la mer.

Le tunnel étroit cours sur une vingtaine de mètre puis s’élargi un peu, la roche est nue mais pas fracturée, elle dessine  de petites circonvolutions de formes molles presque écailleuses, comme si le tunnel avait été creusé par dissolution.

Le fil d’Ariane est devenu bien visible c’est une corde de spéléo de 9mm environ, solide rassurant.

Il me fallait bien ça pour oser m’aventurer en tête, je me déhale sur le bout sans me servir de mes palmes pour ne pas soulever la partie meuble du fond, quoique sur cette portion il y a surtout de petit galets arrondis.  Changement de détendeur et donc de bloc, la conso reste raisonnable par rapport aux émotions suscités par ce nouvel univers souterrain.

Je me retourne souvent pour vérifier, toujours un peu anxieux tout de même, que mon cadre me suit toujours de près, et afin d’avoir une vision dans le sens du retour pour assurer des repères visuels, et pour contempler le plafond, là pas de bulles, le courant quoique faible emporte nos bulles au fur et à mesure de notre progression.

Nous arrivons à un puit de deux à trois mètres de large qui descend sur une dizaine de mètre, devant nous une participante du stage contemple la roche, les différentes anfractuosités, accrochée au fil d’Ariane, elle semble attendre ses coéquipiers qui sont restés en arrière.

Je crois comprendre qu’elle nous demande de passer, et descendons devant elle, le fil d’Ariane change de couleur et de direction, suivant l’orientation naturelle du tunnel, c’est toujours grisant de découvrir ces nouvelles directions, nous suivons toujours la galerie immergée à l’horizontale ou légèrement descendante puisque nous arrivons à une profondeur d’une vingtaine de mètres.

Changement de détendeurs, contrôle des pressions, c’est Ok, pas trop de différences entre les réserves d’air.

Mon éclairage est nettement plus performant que celui de la veille, plus puissant, avec un faisceau plus large je profite grandement de ces paysages souterrains, de cette eau claire, ma technique aussi est meilleure j’incline le buste tourne la tête, n’ai plus à vider mon masque constamment, je prends vraiment plaisir à cette exploration.

Le fond semble plus meuble un peu limoneux, je le sens aussi sous mes palmes que je n’utilise toujours pas. Je me tire sur la corde pour découvrir toujours plus, pour voir encore un peu plus loin, profiter de cette incursion dans ce monde hypogé, enthousiaste dans ce rôle d’"aventurier."

Je sais aux vues de mes manos que le temps du retour est proche, quelques dizaines de mètre plus loin Michel, mon cadre du jour, un autre Michel, me tire par les palmes, tchèques mes manos et me propose de faire demi-tour. Règle de quarts!  Frustrant, il reste tant à découvrir but sed lex !

Je me retourne alors et consternation, la visi n’excède pas 30 cm, juste un petit bout de fil d’Ariane visible, heureusement, bien accompagné par Michel je reste confiant me disant intérieurement que sans lui en sécurité derrière j’aurais été très angoissé de cette situation.

Dans mon déplacement apparemment trop rapide, sur ce fond argilo-limoneux, j’ai soulevé des particules, troublé l’eau sans délicatesse, je me culpabilise me comparant à un sanglier dans sa bauge.

De toute façon nous n’avons plus le choix, il faut retourner, le fil d’Ariane prends là toute son importance, c’est une réelle ligne de vie, pourvu qu’elle ne se décroche pas.

Nous avançons rapidement dans le sens du courant, attiré par la sortie, comme des chevaux sentant l’écurie, Michel me rattrape par les palmes et me fait signe d’aller moins vite, je n’y avais pas pensé mais en allant moins vite le courant aurait dégagé le trouble devant nous et nous aurions ainsi pu retourner dans l’eau claire.

On arrive au niveau du puit ; ascension.

Puis on monte un peu au-dessus du boyau de sortie, il y a là en effet une poche d’air respirable, le temps d’échanger un signe de connivence puis nous repartons vers la sortie, une lueur au bout, je sors de la matrice, une nouvelle naissance, le casque cogne un peu au toit,  le ventre au contact des galets, la lumière au bout du tunnel, nous voici dehors, un grand sourire une bien belle explo.

Nous nageons lentement vers les roches plates, confions notre matériel à l’équipe de remonté des blocs, comme nous y avions participés auparavant en attendant notre tour, et rejoignons la terre ferme en empruntant l’échelle dédiée, prévue par l’Organisation Irréprochable.

Trois morses en souterraine le sourire au lèvre, heureux (ses)de se retrouver là et d’avoir partagé cette Aventure…initiatique., On s’en souviendra de notre trio : Laurence, Miria et Luc, au sein de ce groupe de 13 Initiés.

Belle ambiance, on se change on échange    nos impressions, notre expérience ressentie, nos sensations, débriefing en cercle en partageant salades et fromages, attentif(ves) aux Anecdotes de sauvetages réalisés par cette équipe de pro qui travaille de concert avec les pompiers pour les sauvetages en spéléo.

J’ai appris là qu’il me restait beaucoup à apprendre, la personne que nous avions doublée dans le puit ne nous avait pas demandé de passer, une erreur d’interprétation, j’en reste confus d’autant plus que je leur ai troublé l’eau et la visi par une avancée trop rapide.et bien d’autres choses encore, peut être au cours d’un prochain exercice en perfectionnement.

Il est temps de remonter le matériel de l’expédition car pour nous c’en était vraiment une.

Un grand merci à toute cette sympathique équipe, qui a su nous mettre en confiance, par la solidité de son organisation, son savoir-faire, son professionnalisme  bien qu’étant constituée de bénévoles.

Donc Merci à Michel Philipps, Michel Guis, Laurent Basset, Isabelle Simonet, Pierre goupil, Patrice Cabanel, Maxence Fouilleul et Bien sûr Jérémi Prieur Drevon, qui a pris de son temps pour nous partager sa passion, qui a passé une partie de la nuit à regonfler les blocs pour assurer la journée du lendemain. Et qui a occupé aussi une grande partie de la semaine et plus à tout organiser, autorisations, matériel, cadres...