A- A A+
20 novembre 2018

                 ancre de marine 134150 copy  100 3054 copy copy

Au temps de la marine à voile, cette ancre souvent posée au pied du grand mât, appelée aussi « ancre de salut » ou « ancre maîtresse », était l'ancre la plus grande et la plus pesante du bord. Elle était utilisée pour les mouillages de longue durée ou dans des endroits peu sûrs.

À cause de son poids, elle était aussi utilisée en dernier recours dans les cas désespérés: c’était en quelque sorte la dernière planche de salut et, en la jetant, il n'y avait plus qu'à se recommander à Dieu; aussi, les marins l'ont également appelée « ancre de miséricorde ».

En ce premier samedi de septembre de l’an de grâce 2018, jour de rentrée des aoûtiens, c’est la  "reprise"  pour certains Morses du bout du monde et quelle reprise!

Il s’agit de "reprendre"  à Neptune la ligne de mouillage du Suscle II, bien enraguée sur le site des Pharillons, à la suite de la plongée du vendredi matin des Morses retraités ou encore actifs.

En effet, la bouée de surface à l’abri du vent étant accaparée par un imposant bateau d’une structure commerciale, il est donc fait appel à l’ancre de miséricorde du Suscle pour permettre une pratique associative de la plongée sous-marine dans un endroit non exposé aux caprices météo du moment, façade Est de l’Ile Maïre.

Si une "rague " est bien une cavité rocheuse dans laquelle les poissons se dissimulent, soit pour se protéger soit pour se reproduire, et, si "enraguer " se dit du pêcheur quand il accroche son hameçon dans un trou de rocher, et qu’il n’arrive plus à se "dépéguer" de là, alors on peut affirmer que l’ancre du Suscle était particulièrement bien enraguée ce matin-là à une profondeur de 25 mètres environ.

Délégué par les hautes autorités du milieu subaquatique callelongais, Jean- Claude EUGENE prend à sa charge la couverture médiatique de l’évènement: la récupération de la ligne de mouillage du Suscle, une opération de sauvetage qui ne pose pas de problème à priori

L’intervention est organisée de la manière suivante :

  • aux commandes du "Suscle II" et en sécurité surface, Frédéric (le colonel de permanence du vendredi et du samedi) ;
  • chef de l’équipe sous-marine de recherche et d’intervention : Pierre notre moniteur clermontois (titulaire d’un certificat d’aptitude à l’hyperbarie) assisté de Jean-Michel, maître queux renommé à terre et éclaireur subaquatique efficace à l’occasion; binôme complété d’un arpète, Mathieu, qui en profite pour tester sa nouvelle combinaison.
  • Première déception à l’arrivée sur les lieux : l’extrémité du câblot (le cordage blanc) composant la ligne de mouillage n'est plus attachée à la bouée blanche d'amarrage, qu’est-ce que cette carabistouille comme diraient nos amis belges ?

IMG 4930 copy IMG 4940 copy IMG 4941

IMG 4935  IMG 4937

IMG 4933 IMG 4931 copy IMG 4932

Après avoir cherché une vingtaine de minutes, entre 15 et 27 mètres, les intervenants ne retrouvent rien, quelqu'un a dû la récupérer le vendredi après-midi ? L’expression "solidarité des gens de mer" recouvre-t-elle en fait un vaste domaine plus rêvé que réel ? Le réel, en cette occasion, serait-il " la sordidité des gens de mer" au large de Callelongue ?

IMG 4942

Une surprise attend nos Valeureux de retour au club. Une ligne de mouillage complète est de nouveau disponible en nos locaux. Est-ce une galéjade de Neptune, le dieu des mers, ou plus prosaïquement la carte bleue MSLC/Plongée qui a  "chauffé " chez un shipchandler local (magasin USHIP de La Pointe Rouge avec une remise club de 15%) ?

Texte et Images : Frédéric ALLAIN & Jean Claude EUGENE

Vous n'êtes pas autorisé à poster un commentaire