A- A A+
6 décembre 2021

Camping à la réserve des éléphants (Hippopotames)

La réserve des éléphants, voilà un nom qui ferait rêver tout jeune européen qui débarquerait en Afrique pour la première fois. Je n’échappais pas à la règle. Aussi la proposition de Zé d’emprunter son zodiac l’espace d’un weekend pour aller par nous même remonter le rio Maputo était fort tentante. Bien qu’un peu inquiet à l’idée de naviguer sur des eaux inconnues, je montais une petite équipe avec mes deux amis parmi les plus intrépides : Lluis et Esteban.

Zé nous faisait entièrement confiance. Avec sa générosité, c’était bien là un des traits les plus attachants de son caractère. Notre maigre équipement de camping ne tarda pas à être réuni : une tente, une glacière avec de quoi faire un BBQ, une grille et une paire de jumelle pour l’essentiel. De bon matin pour un Samedi selon notre perception, nous étions au Maritimo pour la mise à l’eau. Mais c’était déjà un peu trop tard, du moins pour la marée qui n’attend personne. Le pneu qui ceinturait la balise juste à la sortie du Maritimo était déjà visible : c’est le signe habituel que les minutes pour rejoindre le large sont comptées. Il nous fallut pousser avec énergie le semi rigide dont l’étrave raclait déjà le fonds par endroit. Heureusement nous étions trois et nous pouvions compter sur l’aide de Zé et surtout du colosse de Miguel. Nous finîmes en traçant un sillon sur le fonds par atteindre, après plusieurs centaines de mètres, des profondeurs suffisantes. Ouf, le week-end était sauvé !

Après un adieu et de grands mercis à Zé et Miguel et les derniers conseils, je mis le cap prudemment vers l’autre côté de la baie pour une première escale : la péninsule de Santa Maria. La prise en main du bateau était plutôt facilitée par le beau temps. Nous ne tardâmes pas à trouver une plage d’où nous pouvions observer les silhouettes des immeubles de Maputo qui se découpaient sur l’horizon. C’était rassurant. Mais quel contraste entre ces gratte-ciels et cet plage sauvage, où deux mamans shangane trainaient un petit filet pour pêcher quelques crevettes.  

Tous occupés à boire le café de notre thermos et à tenter de repérer notre position sur la carte, nous n’avions pas remarqué que nos deux mamans s’étaient changées pour mettre leur plus belle capulana. Elles nous observaient sans oser nous aborder. Alors nous les invitâmes à partager notre café pour satisfaire notre curiosité et la leur. Ces dames étaient au final très volubiles sur leur pêche, leur vie au champ, les difficultés de préserver la récolte des singes qui venaient se servir à toute heure et plus encore des hippopotames, qui en l’espace d’une nuit pouvaient piétiner tout leur travail. Tout en regardant les immeubles de la ville de l’autre côté de la baie, je songeais avec amusement à quel point nous pouvions vivre si proche et avoir des préoccupations si éloignées.

***

Après avoir échangé nos philosophies de vie respectives et surtout T-shirt et casquette contre une portion de crevettes encore toutes frétillantes de vie, nous embarquâmes de nouveau avec cette fois comme intention d’embouquer et remonter le fleuve Maputo le plus loin possible.  Bordé de mangroves de chaque côté, il était large de plusieurs centaines de mètres au niveau de son embouchure. La seule trace humaine visible était un petit chalutier en bois bien fatigué qui laissait échapper une fumée noire, témoin de ses efforts pour chaluter la crevette, l’or rose de la baie.

Lluis était à la proue pour essayer de repérer les bancs de sable, vaine mission compte tenu de la couleur marron de l’eau. Esteban piquait un roupillon pendant que je pilotais tout sourire, m’imaginant l’espace d’un instant en Livingstone à la recherche des sources du Nil.  

Vers le milieu de l’après midi, nous vîmes une petite île au milieu du fleuve. L’idée nous pris de camper là, à la manière de Robinson Crusoë, seuls sur notre île. Elle disposait de nombreux arbres, et donc d’une belle ombre, ainsi que d’une large étendue d’herbe bien rase. L’endroit semblait idyllique pour établir un campement confortable.

L’accostage se révéla plus délicat que prévu : la marée était basse et il nous fallait éviter autant que possible la boue collante mélangée de vase pour atteindre la berge avec notre équipement de camping. Ce que nous fîmes tant bien que mal, au prix de beaucoup d’équilibrisme. Bientôt, la tente était montée, les premières bières sorties de la glacière, le feu préparé, le bateau solidement amarré pour la nuit. Nous avions même sorti la canne à pêche, même si les crevettes de nos deux mamans nous assuraient déjà d’un diner de roi.

Esteban se proposa d’aller compléter notre réserve de bois et d’explorer plus en détail notre petit royaume insulaire, mais nous étions déjà trop bien installés pour le suivre. A peine s’était-il éloigné que  nous le vîmes revenir en catastrophe : « Et les gars, j’ai vu des empreintes énormes, juste là ! ». Intrigués, nous décidâmes de nous lever pour le suivre. Effectivement, bien marquée dans la boue, il y avait là quantité d’empreinte d’environ 25 cm de diamètre, avec quatre doigts bien distincts. Nous repartîmes vers le camp tout en nous perdant en conjectures diverses sur l’animal à qui ses empruntes pouvaient bien appartenir …

Plus très rassurés, nous retrouvâmes rapidement notre feu de camp, le jour avançant. Et là, nous les vîmes tout autour du bouchon de notre canne à pêche, sortant la tête à tour de rôle pour nous observer, soufflant bruyamment par les narines, faisant tourner de toutes petites oreilles : la famille hippopotames au grand complet. Ni une, ni deux, nous décidâmes de lever le camp sans attendre. Nous avions tous en mémoire les histoires des anciens selon lesquelles les hippopotames sont les animaux les plus dangereux d’Afrique pour l’homme, surtout la nuit. Le plus gros prenait d’ailleurs un malin plaisir nous semblait-il à faire admirer l’intérieur de son énorme gueule et la taille impressionnantes de ses incisives.

Si le débarquement s’était fait plus ou moins proprement, l’embarquement précipité comprenait probablement autant de boue que d’équipement. Désemparés, le jour déclinant, nous nous mîmes en quête d’un nouveau campement. Heureusement la chance nous sourit rapidement en la personne d’un vieux pêcheur à la ligne sur la rive ouest.

« Bonjour Monsieur, vous pensez que l’on pourrait camper ici ? Vous êtes sûre qu’il n’y a pas d’hippopotames ? de crocodiles ? de mines anti-personnel ? »

« Non, non aucun problème. C’est sans danger ! »

« Vous savez, on vient de l’île juste en face. Il y a plein d’hippopotames. On a du s’enfuir. C’est pour cela que l’on vous pose toutes ces questions. »  

« Ah, oui, cette ile, c’est leur maison. Ils sortent de l’eau la nuit pour manger l’herbe. »

Eh oui, nous étions à peine à 50 kilomètres de nos maisons, totalement ingénus face aux dangers de la brousse. A qui d’autre viendrait l’idée de s’installer pour camper juste au milieu du garde manger de ces mastodontes ? L’espace d’un instant, nous nous sentîmes bien bêtes et bien fragiles. Le vieux allait en faire rigoler plus d’un de retour au village avec son histoire de Muzungus qui voulaient camper dans la gamelle des hippos. Quelle idée saugrenue s’il en est !

Mais rapidement, l’esprit d’aventure repris le dessus. Confortés par notre nouvelle installation, nous décidâmes de retourner faire un petit tour près de l’île pour mieux observer nos bruyants voisins. Les hippopotames ont en effet pour habitude de signaler régulièrement leur présence. Et croyez-moi, ils ont du coffre.

En dérive au milieu du fleuve, une bière à la main, à profiter du coucher de soleil, c’était l’instant magique. Les hippopotames toujours dans l’eau nous regardaient d’un œil méfiant. Les grands arbres attiraient de tous les points cardinaux des quantités incroyables d’oiseaux de toutes sortes : hérons blancs, ibis, cigognes à bec jaune, aigrettes, jabirus avec leur spectaculaire bec noir, rouge et jaune ... Ils convergeaient tous pour nicher la nuit à cet endroit bien précis, dont ils devaient apprécier sans nul doute, perchés sur leur arbre, la sécurité …  

Que dire de la douceur des nuits africaines, autour du feu de camp, à observer la voie lactée comme une évidence lumineuse en l’absence totale de lumière parasite ? D’une baguette, Lluis s’amusait à taper sur une bûche pour provoquer des gerbes d’étincelles qui s’enfuyaient vers le ciel pour disparaître au bout de quelques secondes. Nous avions enfin trouvé le temps de cuire nos crevettes dans la traditionnelle papillote d’aluminium aromatisée d’une goutte de pastis. Nous mesurions le temps passé à la hauteur des petits tas de carapaces qui s’amoncelaient devant nous.

***

Le lendemain dimanche, nous décidâmes d’explorer la réserve des éléphants à pieds sur l’autre rive. Le premier objectif était de ne pas se perdre, le second était de rejoindre une hypothétique lagune que nous avions repérée sur la carte. A proximité des berges du fleuve, il y avait de grandes étendues de boue séchée. Au moins, nous y voyons de loin. Et il était possible d’observer les traces à défaut des animaux eux-mêmes. Des hippopotames bien sûr, mais aussi pour notre plus grand plaisir celles du passage d’un éléphant solitaire. Il y avait donc bien des éléphants dans la réserve, ce n’était pas juste un nom ou une légende. Au moins l’un d’entre eux avait réchappé à la guerre civile, observions nous avec allégresse.  

La fin du week-end approchait. C’était déjà le moment de prendre le chemin du retour. Nous levâmes le camp pour entreprendre la descente du fleuve. Le fier zodiac rouge et jaune avait perdu de sa superbe, couvert de boue qu’il était. Mais le plus inquiétant était la fuite d’air sur le boudin bâbord, qui ne faisait qu’empirer une fois passer l’embouchure. Les vagues de la baie levées par les thermiques de l’après midi qu’il fallait affronter étaient sans pitié. Le flotteur gauche était bientôt complètement vide de son air. Il pendait lamentablement tout juste tenu par la coque de fibre. Nous étions contents d’arrivés sauf au club maritimo  sur le reste de boudin. Et nous étions surtout honteux de l’état dans lequel nous ramenions à Zé son bateau. Mais fidèle à lui-même, il nous félicita pour nos aventures et nous rassura sur la facilité avec laquelle il remettrait en état le Pescador.

Vous n'êtes pas autorisé à poster un commentaire

Petites annonces MSLC

APPAREIL PHOTO SONY

APPAREIL PHOTO SONY
06-12-2021
PESSONNEAUX Jean Luc
1 200.00 €

Phare Bersub

Phare Bersub
06-12-2021
PESSONNEAUX Jean Luc
100.00 €

Bouteilles

noimage
07-10-2021
PESSONNEAUX Jean Luc
300.00 €