Accessibility Tools

13 Juillet 2024

Pour notre randonnée du jour (4 février 2024), le rendez-vous est fixé sur le parking du cimetière à Roquefort, sur la route du col de l’Ange, entre la Méditerranée et les sommets de la Sainte Beaume et du Garlaban. Roquefort a précédé la naissance de la Bédoule. Il a été créé au VIIème siècle tandis que la naissance de la Bédoule remonte au XIXème siècle.

 Nous partons sur une large piste en légère montée vers la crête qui nous sépare de la plaine de Grand Rouvière. Le parcours se fait dans un sous-bois de pins d’Alep, de chênes blancs et chênes verts. Au passage un abri de chasse en forme de blockhaus interpelle : un chasseur qui a très peur des sangliers... ou de ses confrères?

Au sortir de la forêt, dans une garrigue plus dégagée, nous trouvons deux points d'eau (des "sambles" ) inattendus ; le premier est aménagé dans une faille dans les rochers et il est orné d'une touffe de papyrus.

point_deau.jpg

Le second a été bâti à l'endroit où la carte situe la source d'un ruisseau temporaire qui s'écoule vers le Nord.

 Nous débouchons sur un grand plateau dégagé. Nous repérons aisément le pic de Bertagne avec sa face abrupte et ses antennes, ainsi que les dents de Forcade ; devant nous, le mont Cruvellier et sa tour de surveillance.

Un peu plus loin, nous avons une vue sur la chapelle de Notre Dame des Pieds Noirs et la propriété du château de Julhans, célèbre car propriété de la famille Clary ayant accueilli Bonaparte.

chapelle_des_Pieds_Noirs.jpgchapelle_des_Pieds_Noirs_copy.jpg

Cette propriété avait été achetée par une caisse de sécurité sociale de Constantine afin d’envoyer en colonie de vacances les enfants des assurés français d’Algérie. Lors de l’indépendance, cette propriété, comme cinq cents autres en France, ont été dévolues à l’État algérien. D’anciens salariés français qui avaient cotisé à la caisse de Constantine ont saisi la justice française pour obtenir la dévolution de ce bien en faveur des Français d’Algérie.

 Après avoir contourné le quartier des bastides, nous descendons dans le lit d’un ruisseau et remontons par un sentier pentu et très dégradé qui monte vers les gorges à l'entrée desquelles les restes d'un four à chaux illustrent les préoccupations de ses bâtisseurs : pour n'avoir à transporter que le produit fini, ils l'ont construit au plus près des matières premières : cailloux et bois qui sont ici en abondance.

four_à_chaux.jpg

Le sentier, devenu plus confortable, serpente ensuite entre deux falaises verticales au milieu d'un chaos de rochers semé d'arbres longilignes qui peinent à trouver la lumière.

entre_deux_falaises.jpg

Au bout d’une centaine de mètres, nous descendons un petit sentier qui nous conduit dans les "gorges de la Petite-Sainte-Baume". Ces gorges ombragées et fraîches sotnt dénommées ainsi car, sans doute elles rappellent un peu l’ambiance du sentier merveilleux sur le versant Nord de la Sainte Beaume. Elles sont modestes mais spectaculaires avec une végétation luxuriante dominée par d’imposants rochers calcaires avec des petites baumes (nom féminin d’origine gauloise qui signifie grotte) et des lapiaz.

gorge_petite_Sainte_Beaume.jpg

Le sentier raviné débouche sur une piste qui longe les vignes du domaine viticole du Grand Rouvière et nous ramène au parking.