Accessibility Tools

25 février 2024

La Petite Etoile par les santons et le col des Ouides 

Ce dimanche, 8 février 2015, nous sommes quelques marmottes qui décidons de faire une randonnée dans le massif de l’Etoile : la Petite Etoile par les « santons » et le col des Ouides. C’est une randonnée assez facile de douze kilomètres qui dure environ quatre heures et demie – cinq heures.

P1100611 P1100615

Après nous être regroupés à Simiane Collongue, nous rejoignons un parking à proximité de la Chapelle romane de Saint Germain qui fut bâtie en 1056 sur la voie qui venait de Marseille et passait à Fabregoules, à travers les bois de chênes et de pins d’Alep.

P1100619 P1100620

La chapelle fait l’objet d’un pèlerinage séculaire en l’honneur de Saint Germain.

En provenance de la chapelle, au carrefour Jean le Maître, nous commençons notre randonnée en franchissant une barrière et en entamant une montée continue et régulière

En contrebas, nous constatons que la température du lieu a permis à la neige tombée cette semaine de se maintenir en place.

P1100625 P1100626

 

Nous retrouvons la neige sur le chemin un peu plus haut.

Plus loin, nous poursuivons notre progression dans la garrigue tapissée de romarins, d’argelas et de thym dont l’odeur nous chatouille les narines.

Nous traversons le spectaculaire chaos rocheux des Santons.

L’homme de pierre nous regarde monter.

P1100631

Une petite pause pour admirer le magnifique panorama, puis nous nous remettons en route et traversons un paysage semi-désertique que Sophie baptise « la forêt magique ».

Ces arbres morts aux formes insolites nous mènent à un col à 556 mètres.

Nous suivons la crête où un vent glacial nous fouette le visage. Plus loin sur la droite nous rencontrons la petite grotte des maquisards à l’entrée de laquelle une plaque commémorative a été apposée.

Notre progression sur la crête nous conduit au col des Ouides. Là, nous empruntons à droite une descente raide et caillouteuse rendue difficile sur un assez long tronçon par la neige gelée qui recouvre le sol. Mais notre prudence nous permet de passer l’obstacle sans dommage. Nous continuons jusqu’à trouver un endroit qui nous permette de nous restaurer au soleil et à l’abri du vent. Personne n’a eu le temps de préparer un gâteau. Quelle déception pour Bernard !

Après un petit moment passé à imiter les lézards, nous nous remettons en route. Le chemin traverse un sous-bois et nous conduit au cabanon de l’Oasis, petite maison délabrée que nous « visitons ». Une toute petite pièce au rez-de-chaussée et la même à l’étage. Le confort laisse à désirer !

Nous continuons sur cette piste qui finit par rejoindre une petite route goudronnée qui longe des habitations et nous voilà de retour au parking. Nous avons passé une bonne journée et avons fait une randonnée agréable en bonne compagnie.