A- A A+
24 juin 2018

Tout l'art est d'amener d'une main vers l'énorme tuyau de l’aspirateur le mélange de sable, gravier, caillou, coquillage.... Et la, le courant d'eau mis en mouvement pas un flux régulier d'air injecte a basse pression avale le tout pour le recracher a l'autre bout du tuyau un peu plus loin en une pluie de débris. C'est la fête aux poissons : a l'embouchure,  les rougets sont a l'affut des crustacés mis a nu, a la sortie le banc de sardines attendent le repas qui tombent en une pluie d'abondance. Mais, les plongeurs ont aussi la fièvre, celle de l'or ! Qui saurait dire si une pièce de huit ne serait pas enfouie juste la ?

Ce n'est pourtant pas une fouille archéologique, mais la réhabilitation du ponton de débarquement qui fait face au palais du gouverneur et aux bâtiments des douanes sur l'ile du Mozambique. Le mouillage bénéficie d'une situation exceptionnelle à quelques miles du continent, a l'abri de l'imposante forteresse San Sebastião construite en 1520 par les portugais pour protéger la route des Indes. La batterie de canon  a du voir passer plus d'un galion sur ce mouillage tout juste fréquenté aujourd'hui par quelques boutres aux voiles rapiécées. Et même de véritables batailles navales opposant les portugais aux hollandais sans succès.

 

depart
chasse

Commencé en 1802 avec tout juste quelques arches, le ponton a été allonge une première fois en 1875 d'une dizaine de piliers, puis en 1940 avec des poutrelles d'acier avant d'être remis à neuf cette année. Et ce sont mes trois camarades Ze, Dinho et Nuno qui ont remporté le lot des travaux sous marin. Pas mal pour un premier chantier, l'eau est limpide et chaude, les travaux se font à moins de trois mètres de profondeur parmi les poissons tropicaux multicolores et quant au cadre ...

Le temps semble s'être arrêté dans l'île musée chargée d'histoire. Même si la pendule du palais du gouverneur semble vouloir repartir sous les flashs des premiers touristes. Il faut dire que le patrimoine architectural est exceptionnel. Outre l'imposante forteresse et le palais, on ne compte plus les maisons de commerçants avec entrepôts aux rez-de-chaussée, les églises baroques et les mosquées, et même un temple hindou construit par les marchands indiens qui avaient obtenu le monopole du transport entre Goa, Diu et le Mozambique.

Voila pourquoi il n'est pas rare de trouver un morceau de porcelaine Ming sur la plage. Le musée comprend d'ailleurs une salle spéciale pleine de pièces d'argent et d'or mais également de vaisselle Ming. Dinho a d'ailleurs participé aux fouilles de l'épave dont une infime partie des trésors est exposée aujourd’hui au palais. D'où sans aucun doute sa passion pour l'archéologie, les pièces et son œil affuté pour tout ce qui aurait la forme d'un disque ...

Nuno lui garde toute son attention sur la carpe rouge qui grossit a vue d'œil depuis le début du chantier. C'est avant tout un chasseur sous marin, sans doute un des meilleurs spécialistes de ses eaux. Il faut frissonner à l'entendre raconter ses luttes pour sauver sa pêche et parfois sa peau avec les requins Zambèze, tigre ou blanc au choix,  pour comprendre que chasser dans ses eaux demandent quand même de garder un œil dans son dos.

 pipe

Quant à mon grand ami Zé Pescador faut il encore le présenter. Du moment où il a commencé à pêcher pour troquer ses poissons contre huile, lait... dans un Maputo encerclé par la guerre civile... il n'a plus vraiment quitté les eaux mozambicaines. Ce n´est pas tout à fait vrai puisqu' il revient de la pointe sud de Madagascar où il était invité par le Muséum d´histoire naturelle de Paris comme spécialiste coquillage dans leur dernière expédition de recensement de la biodiversité.

Et voila ma chance : un bout du monde truffé d´épaves avec compresseur, matériel de  plongée et boutre pour se déplacer sur le long du canal défendu par la majestueuse forteresse. Tout pour rêver et faire un voyage dans le temps. Et même l'occasion de manier la suceuse et de sortir moi aussi quelques souvenirs sous forme de bouteilles, boucles d´or, sifflet de bosco, pipes en terre cuite ... Pas de pièces d´or, mais c´est certain, si j´avais pu rester juste une journée de plus ...

mozambique1 mozambique2

Destination proche de Marseille, on s’y sent chez nous, même si ce n’est pas tout à fait comme chez nous.

Que de similitudes entre la Corse et Marseille : côté plongée, les poissons, on les connaît tous ! Sauf que même si faut reconnaître que nous sommes gâtés, j’ai trouvé que sur certains sites là-bas, dans le golfe du Valinco, à Porto Pollo (chez Patrick, que notre Jean-Michel connaît bien aussi, enfin, pas aussi bien que Marie-Laure et Thierry …) y’avait beaucoup, beaucoup de vie !

Pour m’amuser, je mettais la main devant les yeux pour ne plus avoir à compter les mérous … Je me serais presque crue à la Gabinière, et pourtant j’étais bien sur le site des Aiguilles, avec 1 niveau 1 et niveau 2 en plongée de réadaptation, donc pas plus de 20 mètres.

 

Beaucoup de points communs aussi côté ambiance : structure commerciale ne veut pas forcément dire que les « clients » ne sont pas cools avec l’équipe. La preuve, une « habituée » apportait un gâteau maison sur le bateau pour
ppollo1_210810
ppollo1_220810

que forcément, on aurait dit que j’avais confondu, ou que comme tout Marseillais qui se respecte, je faisais « la grande bouche » !Parce que les beaux (et très compétents) moniteurs qui font la saison à Porto Pollo Plongée, ne l’ont pas encore vu ce homard-là …

L’eau claire, très claire, que se soit au Rocher de Taravu – site magique pour les baptêmes, on peut y montrer des nacres, des flabellines, des girelles paon, de la murène, du mérou, de la dorade … sur les baptêmes – ou dans la Anse autre site de repli pour les baptêmes quand le vent se lève l’après-midi.

Apéro le soir après une journée bien remplie (en moyenne 2 rotations pour moi, 3 pour les autres moniteurs – mes oreilles : fallait que je sois raisonnable), Pietra Pression en général, sauf une fois à Campomoro (l’autre pointe du Golfe) où j’ai bu de la Colomba… Couchers de soleil magiques entre mer et montagne … Fraîcheur des soirées (tant mieux, on récupère bien) … Le charme de la Corse, de ses habitants avec l’accent qui fait qu’on a l’impression qu’ils posent une question à la fin de chaque phrase !

 

Porto Pollo Plongée accueille en septembre la finale des Championnats de France de photos en mer !

ppsoiree6_210810

Une Saison d’été se termine chez les morses de la section plongée.

Faisons un petit bilan : pas mal de baptêmes à l’actif de nos moniteurs et initiateurs, plusieurs passages de Niveau 1 dont : Yan Kerdiles, Arnaud Szvetecz, Mathieu Sertorio et tout dernier Cesar Di Domenico le petit fils de notre Têtard national. 

Laurent Deitigli et Nathalie Montgrand, n’étant pas présents ce week-end, ne tarderont pas à les rejoindre.

On aura connu aussi des moments  marquants et inoubliables aussi bien sous l’eau sur l’eau et sur notre base de Callelongue.

Le samedi 21, le mistral étant de la partie avec des pics de 80 à 90 km/heure et une mer mouvementée.

Une palanquée a décidé de faire une plongée découverte dans la calanque et quelle découverte l’ancre la plus célèbre du monde, celle de Callelongue !..

Sous la houlette de Bruno, suivit de très prés de Martine et sous les yeux attentifs de Jean claude, suivaient deux autre Serge et Didier, dommage que la visibilité n’était pas  au rendez-vous.

Piloté par Lucien, le barracuda 2, emmenait une autre palanquée sur le fromage au pied de l’île Maïre, seul  lieux accessible et abrité par ce temps.

Dimanche 29, le mistral s’étant calmé, Bernard notre pilote attitré à ramené le Suscle 2 pour une plongée à Caramasseigne située à la pointe Sud de l’île de Riou.

Suite à cette plongée nous avons eu le plaisirs de boire l’apéritif concocté par nos nouveaux niveaux 1 avec le jeune César à l’ouverture des bouteilles.

Voila une petite rétrospective d’un week-end chez les Morses de Callelongue.

img_3749 img_3746

 

      

               

Samedi 21, les morses de la section plongée de Marseille sports, étaient prêt pour aller faire une plongée sur les Moyades, îlot situé à la pointe nord de l’île de Riou, la plus grande des îles de l’archipel.

Nous avons pu y retrouver nos trois mérous dont l’un à déjà atteint une belle taille, trois poissons lunes, assez rares par ces temps, la murène qui est une habituée du coin, sars, dorades, saupes, etc ., étaient au rendez-vous  pour notre plaisir.

Il est à noter que le courant était assez fort, d’ailleurs nous avons assisté au dévouement de Guy, qui n’écoutant que son cœur, est allé rejoindre son copain Bruno, attaché à sa bouée de remontée et égaré au large, emporté par le courant.

Lucien, notre pilote du moment, a enfin décidé d’aller rechercher nos deux compères.

L’après midi six baptêmes et 3 préparations niveau 1 étaient au programme.

Les baptêmes ont été effectués à Riou, plus précisément à calanque Monastério.

Quelques réactions de nos baptisés : Céline, au début j’étais un peu inquiète, car je n’avait jamais respiré sous l’eau avec un détendeur en bouche, mais très vite je me suis habitué le moniteur était là pour me surveiller et me diriger, j’ai été conquise par la plongée je pense que je vais continuer !..

Stéphane, quel bonheur, de pouvoir voir évoluer les rougets, saupes, sars, admirer les étoiles de mer qui illuminent leur domaine, merci pour cette première plongée. César 12 ans, je suis vraiment heureux, c’est un  vrai bonheur, merci à mon moniteur et mon Pépé et son collègue Jean Claude,  qui m’ont permis de réaliser ce rêve .

img_3695

img_3680

 

La rade de Marseille est riche en épaves, ce qui assure le plaisir des plongeurs. Certaines sont assez accessibles, d’autres sont plus profondes et exposées à tous les vents. Nous profitons de la période estivale sensée être profitable pour effectuer ce type de plongée. Cette année, cependant Eole avait décidé de contrarier nos desseins. Nous avons tout de même réussi à trouver deux créneaux météo favorables pour aller plonger sur la Drome et la semaine suivante sur le Miquelon. Arrivée sur le site, la localisation est aisée grâce au GPS et au sondeur. Le bobineau est jeté afin de « marquer » l’épave. Les consignes sont données avec les spécificités de sites profonds et en pleine eau. Ces déux épaves sont en effet à 50 mètres de profondeur sur le sable entre l’ile Maïre et le Frioul. 15 petites minutes passées au fond et la remontée démarre avec un palier à mi-profondeur et une déco Nitrox pour certains. Au retour, nous en profiterons pour effectuer un baptême à notre ami Bernard toujours là pour nous assurer la sécurité surface et piloter le bateau.

miquelon1
miquelon miquelon3