A- A A+
18 janvier 2018

Cette ancre est une "trotman" immergée là pour amarrer les remorqueurs qui tiraient les mahonnes à fond plat chargées de produits chimiques: acide sulfurique et soude chimique, de l’usine Weiss, faisant la navette entre la calanque et le vieux port.

 

Départ de la digue du petit port de Callelongue, pour 48 minutes de plongée et une profondeur de 20 mètres maximum.

Sandrine armée de sa caméra "Go Pro" et un phare me suit à grand coups de palmes, pour enfin arriver sur l’Ancre!

  

Durant cette plongée nous avons vu un nombre impressionnant de "bernard l’Hermite" qui étaient en pleine lune de miel !.. Une murène, des rougets en plein diner, une très belle daurade, des girelles toujours aussi nombreuses, bref une belle plongée par une eau à 16° et une visibilité potable.

 

De retour à notre base nous avons fêté le niveau 4 de Laurence et l’anniversaire de Luc, en buvant une coupe de champagne apporté par le récipiendaire et Luc sans oublier de déguster les énormes abricots de Patrick.  

 

 

Première compétition de la coupe animalière de l'année. Une compétition que nous aimons bien tous les provençaux, et nous étions 10, pas mal? Une compétition très conviviale, où l'on retrouve tous les copains pour la première fois de l'année.
En générale la météo est bonne, Sète sous le soleil est un régal pour les yeux. Comme d'habitude nous sommes chez les Pons, club associatif familial, qui nous sont dévoués. Catherine notre grande organisatrice et son équipe, nous dirige avec bienveillance. Bref les toutes conditions sont réunies pour passer un super weekend!


Cette fois-ci, 30 participants. On a un peu de stress, car on image mal 30 plongeurs sous le ponton. Mais ça va le faire, bon les particules seront là! Sauf chez les premiers, il n'y a aucune pétouille sur aucune de leur photo. Comment font-ils? Nous partirons tous avec notre bourriche d'huîtres et notre bouteille de Picpoul (dont on aura abusé pendant les repas du soir) Hummmm!
Pour le classement une petite surprise pour moi, je suis 6ème, ce qui énerve Guy mon binôme, qui j'ai bien peur qu'il mette les bouchées doubles pour la prochaine compétition dans 10 jours, à Cassis!

Martine

Photo: Martine Malegue


Je relève le défi mon Guitou!

Guy

Photo: Guy Milano


Une petite note triste dans cette première compétition de l'année, c'est l'absence de notre ami Joël, qui nous a beaucoup manqué et à qui nous n'avons pas cessé de penser. Catherine a marqué le coup, en mettant sur l'affiche de la compétition une photo prise par notre Jojo l'an dernier, et en lui rendant hommage à la fin du palmarès. Nous la remercions tous pour cette délicate attention qui nous a touchés.

Pour ce dernier samedi du mois de mai avec sa météo clémente, les Morses sont venus nombreux pour effectuer une plongée. La sortie de nos deux embarcations est donc nécessaire : le "Suscle II" chargé de dix huit plongeuses et plongeurs et le "Barracuda II" avec les photographes confirmés de la section.

 IMG_3084.JPG IMG_3087.JPG 

 IMG_3090.JPG

Mézigue (Jean-Claude) et cézigue (notre fidèle colonel Frédéric), accompagnés d’un de nos jardiniers écologues "Momo" pour sa plongée de reprise, sommes à bord du Suscle qui appareille à ... 9H50 ; horaire inhabituel vu le nombre de participants!

L’hétérogénéité des niveaux de pratique incite le directeur de plongée (DP) à opter pour la traditionnelle « Ile Moyade », ce rocher brûlé par le soleil entouré de trois plateaux immergés à 8 m, 20 m et 40 m environ. Mais là, trop d’embarcations de plongeurs, un changement de cap s’impose : nous allons vers « les Impériaux » (ou « les Empereurs »).

Le « C » de MSLC signifiant culture, on peut rappeler que si le terme « les Impériaux » désigne, au départ, les soldats de l’empereur du Saint-Empire romain germanique et, au XVIe siècle, les soldats de Charles Quint, il désigne surtout pour les Morses deux grands rochers totalement désertiques dont la forme rappelle une couronne – d’où les deux appellations « Empereurs » ou « Impériaux » selon la carte que l’on consulte - situés au sud de l'île de Riou et à l'est du Grand Congloué, le plus haut mesure 25 m et le second 11 m (voir photo). Par association, l’îlot proche de l’île Riou et situé dans l’alignement des deux Impériaux est appelé l’Impérial de terre.

 impérial.png

Arrivés entre les Impériaux du milieu et de terre, nous effectuons une prise de coffre sur la bouée blanche où, déjà, un autre bateau de plongeurs est amarré. Après le briefing du DP, nous voilà à l’eau avec un léger courant et une eau à 17° C par une visibilité moyenne.

IMG_3096.JPG IMG_3126.JPG IMG_3119.JPG

Frédéric, Momo et moi rejoignons l’Impérial de terre par voie sous-marine tandis que d’autres s’orientent vers l’Impérial du milieu. Durant toute la plongée de 46 minutes et 27 mètres de profondeur, nous croisons de nombreux plongeurs, observons des beaux sars tambours, un mérou, des dentis (ou dentés communs), des rougets de belle taille, beaucoup de corail sous une voute, de belle gorgones, etc…

IMG_3128.JPG  IMG_3093.JPG 

Le retour sur l’embarcation est assez difficile, dû à un courant qui a forci; une ligne de vie a été mise à l’eau, à laquelle on peut se tenir pour attendre que son tour arrive pour monter à bord.

Samedi 20 mai 2017, l’opération « calanques propres » mobilise plus de 80 structures pour la grande opération citoyenne de collecte de déchets à terre et en mer sur le littoral de la Métropole, dans la vallée de l’Huveaune et sur la zone de l’incendie de septembre dernier à La Gineste.

Affiche CP17.jpg

                                      

L’objectif de l’opération est d’alerter les pouvoirs publics et la population sur l’ampleur de la pollution de la côte terrestre et sous-marine par l’abandon de déchets en dehors des systèmes de collecte. Jetés par terre, les déchets aboutissent en mer via les réseaux pluviaux, les cours d’eau et le vent.

Organisée par l’association Mer-Terre (association au service des gestionnaires et du public qui a pour objet principal de contribuer à la réduction de la pollution par les macrodéchets et déchets solides visibles à l’œil nu en milieux aquatiques), cette opération existe depuis 2003 sous le nom de « calanques propres ».

calanques-propres-2-320x342.jpg

Elle permet de nettoyer des portions du littoral terrestre et sous-marin au début de la saison estivale et assure ainsi aux usagers (2 millions de visiteurs par an sur le Parc National des Calanques) un espace moins pollué et plus salubre.

En 2016, 100 m3 de déchets - soit l’équivalent de 16 voitures - ont été retirés du littoral de Martigues, Carry-Le-Rouet, Sausset-Les-Pins, Marseille, Cassis et La Ciotat par 1288 personnes issues de 80 structures, associations, clubs nautiques, comités d’intérêt de quartiers (CIQ), collectivités, gestionnaires d’espaces naturels.

GOPR0648.JPG  GOPR0651.JPG

Pour l’opération 2017, les Morses de la section plongée de MSLC, les cabanonniers et adhérents du CIQ de Callelongue ont répondu présent.

Sous l'eau, 6 plongeurs et 4 autres Morses sur le quai, pour notre bilan : un quart de mètre-cube composé de canettes de coca-cola, de bière, des bouteilles de verre et en plastique, des boîtes plastique et carton, un pneu, des ferrailles, deux plaques de tôle de toiture, certainement envolées par jour de fort mistral.

IMG_1148.JPG  IMG_1150.JPG                                                                    

En conclusion nous voyons qu'il y a moins de macrodéchets, au fur et à mesure des années, à signaler de nombreux mégots sur le quai.

Ce samedi 13 mai avait lieu notre deuxième journée de révision des remontées assistées, enfin deuxième est un bien grand mot, car la première prévue le samedi précédent avait été avortée à cause des conditions météo ne permettant pas de garantir la sécurité adéquate. La décision d'effectuer cette révision destinée essentiellement aux niveaux 2 et niveaux 3 volontaires avait été annoncée en Assemblée Générale de la section plongée et a pour but de permettre à nos adhérents de réviser cet exercice primordial de sécurité et qu'heureusement on ne met en oeuvre que très peu dans la vie quotidienne d'un plongeur.

 

Le lieu de plongée choisi et sa protection naturelle (la calaqnue de Pouars: voir l'article de Jean-Claude et Frédéric) permettent d'effectuer cet exercice dans de bonnes conditions malgré les conditions météo assez loin de ce qu'on pouuarit attendre à cette période de l'année. Après que chaque plongeur ait effectué deux remontées d'une profondeur de 20 mètres, il reste un peu de temps pour faire une petite exploration et observer une faune de tout premier ordre dans ce site pourtant relativement peu poissonneux. Les plongeurs sortent ravis d'avoir pu vérifier que la maitrise de cet exercice n'était pas qu'un lointain souvenir et rendez-vous à samedi prochain pour le troisième épisode de la saga.