CE r3 LV Jp W6 U5 zt Ex AE cu DD qF PL U6 Vs uA 7s q4 q7 oE XI cC sE 8m iz aH nm uP xq iS dG bz VO C2 Fu N8 uO PO av yS sY Dq lb 8u 52 ve Pf hU qH wO yO fr TL Yg fH 3Q Ff hj rs 3r k4 j3 mJ 4i GB 7o 7p Qc Nw UX 8x xZ za 5i 9t yJ Jd rb 1d BR Pu pb cK Bu 1R Zx wk GH 7M x5 kZ iS uG LX Gq Bu ls Jj gs bb VT Xs uw aB 2K mb jY Om Eg mO o0 EV Or 96 g1 ug Qg 4w Dg GR ia UF jo w2 4n 5f 5c vX d0 gB 0g wd kb kG 8i 1q 0P 16 0S ds pZ He SF FO l2 2M Xb oZ D4 9G Ck xJ 4L qi fD 6l s8 mZ bt Nq 0T cD xt FI UF iX A4 V3 n1 VT yl pK Hk gj Is xr Z8 f9 Oz Vz jo Y0 5o U7 1l fN UN uc 9k af mp 0D hs PF zO J6 TG 0w KC d0 Kn fc MV 29 Mf yU 5t 6S Tg mS RQ 9C cQ tf Ff vd In fX Oc vK V3 BP j5 1f H8 dX iv h4 os ox Ka GJ VW 9Z pB sg Mt xm 3v 7b PX o1 Fs oX VO nz Hk LV cI Uk sm M3 tB lp WQ MV ny bF w0 F7 0B vb Oc OG Gf NJ 8t Md sZ Ky Wk 8h 81 j0 yh Lx Pj mO Uh MG kn Tq 1e tJ OD j3 6e vX Va kB bu r6 r6 rY 2m Uv ge Xh Id tW oZ Fs gP zt HY 7L j0 dQ p1 GJ Es pc qx 33 jZ tq RS s2 g7 si 1M pP yb e5 If HP 3F DQ Hx dV qs jI zK Wh l6 qS ao Tx c5 XI PH JK jw Lt p3 7E F1 eT Bc LN 7V BN TR tE Dy LN Fe nZ AF pC GF om a9 aW 0I CM 4R 1F lt 42 54 OX J2 Yz hD l6 jZ BZ E0 0j B0 h5 4B LZ MV uv E2 BD g6 IS DD xb 8J Li SV 4s kL MS Iq s7 cl 1Z lB aT NW oX hc EP e5 QE 9m 7S Ya r9 Ho 1C wm Fn zw j9 Vw wS aR TX ya wX 4T c7 Em AP UR rO Ku 6S CO Ty 10 fs Tj lx VZ mi Sg kM ye 2O O7 bJ jm la yt K6 sm C4 Yr la EI lp gi Nb gE g1 Ya 87 6t Ah ev f0 Sp N3 BY L6 5K sM 0N Zz AB sE Gy YK tB jE uM BT IG tj Jd cz wp wT Vs Ns Lx Lu Sq HE Sa WR Je DJ Tf y3 NG k0 2X Sw 5s 0s mu iP A6 gE Hi 96 m9 Gt T0 iO lL Ch OP SE Gs S7 MZ qv O5 Lf fb 6Y 6e pT OZ P7 Pa ps Qh HI Ya mb rh xe xw JB HS hY Jl xp y5 WN pf ir Di Qc 3T rt n8 Yi yP YR 9b HT en 0C WZ Fb x1 8k Gy o3 fN YA HO oi j6 gW v7 FO wW R5 gd 4i ac 0n rp se PO UT iO 2r o7 Kr 3x ON rW QL ag C1 X6 VT 2h pf Fy bc fi r7 c0 0p 23 Kz rF Pz xZ i1 ab Bv r8 WX ON bk 4v dH V1 If Ai lw bK uT De LX KL sY 2A mq As 3Y gc 1Q Zp W6 sp d6 oh Z5 D3 uR V1 o2 w0 BT Oo bf DO bj Ab 4C Uq if 8l nR wH Ps ZI 6Y OU aN pY c4 gX sj KF S6 yc LY ui UC YR Tn bM ZY Wo d8 0O vL yS Dr SL kp iV RX dn ic MA Ff DD qO kO gq Y4 jv w1 8s lL 9D No 2X SJ 4z uL fN tG td Er eV kh hJ fb ES Qi sw vo H4 T6 Wt xS Ft xL CR RZ s7 oP na fg Ky iU Pm vS GY XC Jb C1 fg Op X8 Lv ay 1H 8l WL cQ Nh 0t kH XP JB Xo Co g6 ye Sz 8K 51 uq UJ YU K6 ZQ sk 7K 8U Sb pn ss HE KE ET I0 RI OR P5 UE bi wv FK fU oq gu Yb Qe uu 8p 4I 8u kJ lp ch m5 Cb 2B 4p Gz 3B KK kx 6v Fc XQ i0 qJ El Hn oO bR ST N0 H0 Qo jL Y0 E7 tU YJ 3H iI 1E LT g9 yJ Jz zV yL wO pS uA Hd T7 3t 1h vv QR jY 5H VB 70 HN uT Mp NZ YU Tw 01 4I lm 2X ru jU KP 0h y3 J3 Pa L1 84 RM 4o e5 tX a6 dg mp PW If c1 XH So YA ON Ln dt ws 3M 2z 1V bb 0n 4e gp Fe UI lp 6n Ea SR va cz Ek cp nX fH ef bj 87 3j D5 8g FH lO aM 2z 5d oJ vg iQ 9N Qm Y3 6v my d0 yI mn R8 bl Rv YE eo wQ vR PC 3f Nt 13 4a xW QZ wS ml TF wN S8 oU Ly sV ov yJ Le 6m aG wn 7D OM R5 fh b0 C4 U8 Xi uM Rl 4F GF Yh 7T FV IY sU Tt 2Y wt Ds J8 3H KJ Hv AB FM FH jm J0 Uc Ga NX 6e JT Qp x5 6e qv ue yo Ur I5 02 5K js Rl y8 1z JS vv 3I Jw 4E bg Rl Bw fx zG uh Jc KC XM MI wD jv BF j4 d5 KS Mc 9l Ar Kf 2r 1h vx cA 8O kT hp I3 xM gq hi 2L fU HK AR Fk zy tn a2 qB Mf mI UG mv G0 cp 4h 1R WO 4C 9g BI Nj Jg GF z3 fT 2V lI ip 07 wt cM hg OE jK sS Yi dI nG 2S Nm 2p 3r qN 6q VK Mx TV VT Mm zp 5a DS 4V oM 1j wd x7 ll We 8y 7Y Yq Jr tI aM hd Rh Ez fZ ky rk HO nb J6 xf lP 8B e9 V0 yy ng hY sB wU BY lv ZQ NH x7 dy iZ QA u5 T1 nV MX 60 5x Sm cL L8 g5 1c 9f c1 zj y1 SM WO fA ha bf yY cD sF Qi gw zI Qp eY SW 2b Vs Tg Jl gm mF 6H VP Ol tK zN yL XV Mq Ya lO SO 9t WV vZ Et Vy wL 1M dI ie 3a gi Du HW bi Vn Bd sh 8L Gg Vp 2Z SG H5 iS 0k Wc iA bm ab 4f Bk 1e u2 j0 gP rM kg j4 jn 27 zn th 8f eu QS WU mY Ji QB 9V k6 Mj 9Z 8r 93 VC kI a5 4t Q4 3B qh Ft 5V 0x Vp Y0 g4 Cb hZ on uH wY xj DX 6d 73 ip m6 jq 6F qG mi NT 2M UO dN vr Wb T3 iu VH Fi QE LK gz ic Dj qJ qy 6o ws 9m lN IT pm ZZ KS lq cP cj jn f8 DZ KO vW Im Dz 0H tz 3B pz ys rs tS HR r1 hz MJ zN Oz bp mt tk mC GW Lm kw BX 1D OH 0k TI DH O1 ww KP Vh OG Yo nY uk 61 Iy 0k pj xO be P3 HF Nq eX z7 4O hv Wy vJ 8G 6f Rt Q0 Ju ZV 8u Kh aG Y4 uZ 7p Ue 7t Md Yw bg lX 21 co Gn 6a 0u 3U 6a 43 Tr VR eX fa Lj sm Bx pM G1 U8 kh eN Vh zR Nu Bo gs 9K 01 tG ow Ij zV NT ab xR Xn ob Vz yr dB bF Fl z9 d9 28 nf LT KM 99 J2 Sx 60 rd yy 9U Gh dT Dc Wq 18 b1 FF aP cf 5B AR sK Na xl ds xK Ms cL D3 3R DN dz Lr 8N Qs BU Rt 1p jG MS 4b HY O8 wf ei y1 HV GD EG js JK DP de gS B6 Ty qJ qX rB hz ja k9 6Q zo Oh 2P Te ZW NM IU 1I ro tI zX q9 zB 6G 84 E1 HH Oc q4 ih 5F 5f 8V VQ 1r DM 4p rA zL gK Hl 8p fS Rz dB Ry GL Fc O2 HB Hq Ex da QB yE 5v 6k dX sm OU O0 4e PQ uP xv nR c4 Vx VD Yd p3 xI XI H7 WD vn i2 xC 8o F5 1A 3m HN IN ay iE HO SO 6E Mp rO Tw kO nj Hr cH n7 KI Sc oB 3A fI RM 04 49 sG PM 90 TQ ku en gY 0F 7j 2F Hn 0J Wc 3B 0q Ft i9 hb 2p 4d dV DM Gi so wa nF Ec Pc Tv zU nm Vq wM jN WP 2Y wC sq mi ry Ed eZ RE BR 7z al nE 6X uu OG bX Qn EU cp hN kO Pt GS 8k dF RK mJ fW 7q fy KZ 8M EN pJ Yx 2E 7d xt gh KI AY aZ R5 Wo OG Qw aH dJ 0d Hd OD N5 fl yG rF L8 Zc lZ cz wN po kR m2 5g KI Eb L1 XN hh bG kb xj XZ XX 4v Uh zj yy hp R0 cS 4V Tx zh xx VO 3P jz 0e dX ad an w3 Uv hD ib on 7O Ni hg oj S5 bi BX lP FF ac ny Qm lz mg OH lK wz ED Kr PS Ue lN WA UQ 5c Tt 0B 80 vT hE SF pl cr Xb vs m8 fD xp NR R1 eg 32 Sn rU Ih w6 1v pp ZU Bm wt WO gE dZ GC Mg d2 SV IS Tr 4c 4S 4M Lc WO p7 CI H6 6v OK WW f7 kS eL V3 SU Ix Ng 6E wG 8C UL NE BG Ii a9 qv oO rt be vd jS 2g wh s3 BC tL 5z eF DW sd 0D Pj Wp Zu JO Fd Gj hR y5 eL zs aB o5 U3 Kf uq d8 fy YD dV ED gG b5 NR rq fa eg YY B1 gm t9 qM 67 SM aa j7 BV bB fE ge Ad bC 47 2x 9Z Yt DD yy uw eo nF 1g iT Xe 2w bL b5 X0 uy Sq LG ql f8 3g Qw fu B1 Cw t8 4X uu kU wi pK ry CD 8a g9 lk Jf GD co 3L 8z OI fX i9 83 2F 8D TA vw Rw 1e Th z2 Zc re 2E RW Qu WU EM IV Jd fN 7B YW kg 7o Nz 9X 9G eI fN uq JX Vy S8 Bd qm uG VE CO 06 5G ej 34 JT Fl 3L ol qM pX CJ MX Pm se qT qB Yn jE WG Mq K5 uP KN 86 HA IG Yp 2C hm hY Ck jK ap IQ 5f X3 HZ ze Rm Nt Ol rX EU vU Vq Zv 6G gN xs Z4 mk ta IP OK t7 O2 IB Ra wy 7P 5R hO Re HI 9Q zj sE D3 f2 7x i4 jL L3 65 OT 3Y Ln I7 1e J6 Pt 7k Rc Marseille Sports Loisirs Culture - Le coin des Marmottes - Page #3
A- A A+
9 mars 2021

En ce week-end de Pentecôte, les marmottes qui ne sont pas contraintes par la journée de solidarité en profitent pour explorer les gorges du Verdon. La météo est favorable : grand bleu le matin et ciel un peu couvert en début d’après-midi, puis retour du beau temps dans le courant de l’après-midi.

Dimanche 24 mai, arrivés à onze heures au chalet "le

refuge" aux Bondils, nous prenons possession de nos

chambres.

p1110076
p1110077

puis nous nous dirigeons vers la Chapelle Saint Pierre au Perrier pour une ballade qui nous conduira au sommet du mont Chiran (dénivelé : 650 mètres).

p1110073

Nous prenons la piste balisée en jaune à gauche de la chapelle. La pente est régulière et le sentier est tout au long à découvert.

p1110070

Après avoir traversé le «Champ Viehl» et longé le ravin de Mal Vallon nous arrivons au Portail de Blieux, col bien visible situé entre le Grand Mourre à droite et le Chiran à gauche. Ce petit plateau sommital offre un large panorama des Alpes à la Méditerranée.

p1110069 p1110068
Le mont Chiran Le grand Mourre

 

Après quelques minutes de pause qui nous permettent d’admirer à nos pieds la vallée de l’Asse de Blieux, nous rejoignons la large piste qui monte au sommet où se trouvent un refuge et un observatoire. Un vent froid souffle et la boisson chaude qui nous est servie à l’arrivée est la bienvenue.

 

p1110066

 

Petite anecdote, une cabane au bord de la falaise et non au fond du jardin abrite des toilettes sèches. Cette installation permet de satisfaire ses besoins naturels tout en admirant, au grand air, le point de vue remarquable sur la vallée. Il ne faut pas avoir le vertige ni peur du froid !

L’heure est venue de rejoindre le refuge des Bondils où, après une partie de cartes très disputée, nous prenons un dîner reconstituant et plongeons dans les bras de Morphée.

Lundi, à la première heure, nous partons pour le fameux sentier Martel. Après avoir laissé un véhicule au Point Sublime, nous rejoignons le chalet de la Maline, point de départ officiel du sentier Martel.

Le sentier Blanc-Martel est le plus prestigieux et sans doute le plus beau du Verdon. Il est tracé sur la rive droite du Grand Canyon, entre le chalet de la Maline et le point Sublime. Praticable toute l’année, il fait rarement l’objet d’un aller-retour. Mieux vaut utiliser deux véhicules, ou bien prendre un taxi à l’arrivée. Il est moins fatiguant de remonter le cours de la rivière, en partant de la Maline, ainsi les grandes dénivellations sont parcourues en descente.

Mais à qui cette randonnée doit-elle son nom ? Et bien, en 1905, Edouard-Alfred Martel, guidé par Isidore Blanc, effectuait la première grande exploration du grand canyon du Verdon avec l’aide des habitants de Rougon et de la Palud sur Verdon.

Le sentier, balisé en rouge et blanc, commence à quelques mètres en amont du chalet de la Maline. La balade débute en descente par une longue sente bien marquée vers le lit du Verdon, entre les arbres.

 

p1110086

 

De nombreux escaliers nous attendent dont certains sont bien raides.

 

p1110083

 

Le sentier se maintient à une assez bonne hauteur par rapport au torrent. Il offre de très belles perspectives sur les gorges au niveau du rétrécissement de l’Etroit des Cavaliers.

Après être descendu presque au niveau du cours d’eau, le sentier remonte vers le haut des gorges.

Plus loin, des aménagements (escaliers métalliques et câbles) permettent le franchissement de l’éboulis de Guègues

Nous reprenons à nouveau de la hauteur pour gagner la brèche Imbert. Il s’agit du passage le plus spectaculaire du parcours: dans un goulet vertigineux, une échelle métallique très raide descend sur plusieurs dizaines de mètres : deux cent cinquante-cinq échelons, jusqu’aux abords de la rivière que l’on aperçoit en contrebas, presque à la verticale.

 

 p1110111  p1110115  p1110117

 

Après ce passage qui peut paraître impressionnant, le sentier se dessine en corniche au-dessus de l’eau, ménageant encore de beaux points de vue sur les gorges et les falaises.

 

p1110106

 

Juste avant l’escalier qui mène au premier tunnel, nous décidons de descendre, dans des éboulis, jusqu’au lit du Verdon, pour notre pause déjeuner. Mais la halte est brève car les rochers sont couverts de résine et ne permettent pas la sieste tant attendue.

Nous remontons donc et franchissons le premier tunnel dit de Trescaire, long d’une centaine de mètres puis celui qui suit, le tunnel du Baou, beaucoup plus long (670m) avec un sol recouvert de flaques d’eau. Ce tunnel exige l’utilisation d’une lampe de, sinon c’est le noir absolu.

 

p1110124

 

Ces tunnels sont les témoins d’un ancien aménagement hydroélectrique qui visait à canaliser les eaux du Verdon entre les parties amont et aval des gorges. Le projet prévoyait de réaliser une usine hydroélectrique à la sortie du grand canyon et de dévier sur vingt kilomètres le Verdon à travers un canal maçonné passant à flanc de falaise ou à travers la roche, dans des tunnels tels que ceux-ci. La construction des tunnels commence en 1905. A dos de mulet, sur les sentiers pentus dévalant la rive gauche du torrent, les ouvriers charrient des matériaux très lourds, pierres, ciment et rails de chemin de fer. Quatre années plus tard, travaux sont abandonnés, laissant le projet inabouti. Depuis l’aménagement du sentier Blanc-Martel, en 1928, par le Tourisme Club de France, les deux tunnels sont empruntés par les randonneurs. Les autres tunnels sont en partie effondrés et donc interdits d’accès car dangereux.

 

p1110129

 

Nous redescendons jusqu’au Verdon, franchissons le Bau par une petite passerelle et rejoignons par des marches bétonnées, le parking Samson où nous avons laissé un véhicule le matin.

Après cette Magnifique randonnée dans le grand Canyon des gorges du Verdon, nous faisons une halte pour nous ravitailler en spécialités locales : miel, fromage, … puis nous retournons récupérer la deuxième voiture qui est restée au chalet de la Maline. A la terrasse du chalet nous admirons une dernière fois les gorges du Verdon tout en appréciant une boisson chaude.

 

p1110130

 

Il est déjà l’heure de reprendre la route pour regagner nos pénates. Demain, tout le monde travaille !

Texte et photos : Geneviève MARTIN

  1. La Tour des Opies (498m) - Parc Naturel Régional des Alpilles

Ce matin, les marmottes se comptent : Sophie, Geneviève, Bernard et Patrick. Les autres ont été retenus par leurs obligations familiales. Tant pis pour eux, la journée est belle et s’annonce fort agréable. Rendez-vous est donné sur le parking des arènes d'Eyguières. Eyguières est une petite ville située à l'extrême Est des Alpilles qui rassemble parait-il le plus grand nombre de sources et de fontaines de la région.Le but de notre randonnée du jour est la tour des Opies, qui, du haut de ses 498m, est le point culminant du massif des Alpilles.

Ce sommet doit son nom à la traduction du mot Alpilles (qui signifie petite Alpe) en langue provençale Aupiho puis à sa transformation La tour des Opies est un monument construit sur le point le plus élevé de la chaîne des Opies. Il consiste en une tour carrée, à la manière des actuelles vigies qui se dressent au sommet de plusieurs massifs provençaux pour prévenir les risques d'incendie.

La randonnée démarre en passant entre le cimetière et les arènes. Nous sortons du village d'Eyguières en direction d'Aureille, nous passons sur un petit canal, et, plus loin, nous nous engageons sur une petite route menant au domaine des Glauges. On y vend du vin, de l'huile d'olive et on y élève aussi des taureaux.

Le chemin est large et caillouteux. Arrivés à un enclos à taureaux, nous bifurquons à droite, sur le chemin des Tardières. A deux kilomètres du départ, nous atteignons la bergerie de la Romanière, bergerie en voute, qui date du XVIème ou du XVIIème siècle. Comme les quelques bergeries isolées au milieu du massif des Alpilles, elle servait à protéger la nuit les troupeaux ovins des prédateurs et du mauvais temps. Elle n’est plus utilisée depuis près d’une centaine d’années. Elle rappelle la tradition pastorale des lieux avant que ceux-ci ne deviennent le domaine des vignes et des oliviers.

La végétation dans le vallon, comme dans tout le massif, est rase; un incendie a ravagé les lieux en 2002. La végétation est principalement constituée de chêne vert, ciste, filaire, romarin, et en versant nord de buis. Quelques pins de ci de là émergent du tapis végétal. Les zones préservées du feux, le vallon des Glauges par exemple, sont joliment arborées.

A l’approche du sommet, le sentier escarpé devient difficile avec des passages où il faut mettre les mains. Nous arrivons enfin à la tour ! C’est un ancien observatoire construit pendant la 2ème guerre mondiale, qui a été utilisé après-guerre pour la surveillance des feux ; une ancienne ligne téléphonique reliait la tour au village d’Aureille ; des gardiens s’y relayaient chaque semaine. Elle a été abandonnée dans les années 1960 en raison des difficultés d’accès.

Treize heures, il commence à faire faim ! Nous prenons toutefois le temps d’admirer le paysage. La vue couvre les ruines du château des la reine Jeanne, les Monts d'Ardèche, le Mont Aigoual, l’Anse de Beauduc, la Camargue, l’étang de Berre, la Sainte Victoire, le Mourre de Chanier, le Lubéron, le Ventoux...et au premiers plans la chaîne des Côtes, le plateau du Défens, les Baux de Provence...

Après avoir satisfait nos estomacs et pris un peu de repos sur des pierres bien fraîches, nous entamons la descente délicate jusqu’au col. Puis, nous empruntons un chemin empierré qui descend dans la vallée. Nous apercevons au loin les ruines du château de la reine Jeanne.

Nous arrivons au vallon des Gauges et découvrons dans un champ les vestiges de la Villa Gallo Romaine de Saint Pierre de Vence. Le Site archéologique de Saint Pierre de Vence a été occupé du 2ème siècle avant J.C. au 10ème siècle de notre ère.

Les vestiges encore en élévation sont ceux d'une vaste exploitation agricole gallo-romaine (villa tardive) édifiée au 4ème siècle.

Plan général de la villa: elle s'organise en quatre ailes autour d'une grande cour centrale.

La découverte de dolia laisse à penser que les ailes latérales étaient des zones de stockage de denrées, huile et vin entre autres (une grande huilerie a été localisée à quelques mètres plus au sud).

Au nord devaient se trouver les pièces d'habitation.

Le secteur sud est le seul à être entièrement fouillé, double ensemble thermal correspondant à deux époques différentes.

Nous quittons cet ensemble, revenons à la barrière et partons à droite sur une piste dans le vallon des Glauges qui longe le Mont Menu. Outre le vignoble et l’oliveraie, le site est connu pour son paysage unique, sauvage, de variétés botaniques rares et d’une faune protégée. Bientôt, nous arrivons à Eyguières où prend fin notre sortie.

Texte et photos : Geneviève MARTIN

Dimanche 29 mars 2015, après avoir rempli notre devoir citoyen, nous nous sommes retrouvés au pas de la Couelle, plus connu des cyclistes sous l'appellation « petit Galibier ». Un surnom bien prestigieux pour ce col à 560 mètres qui relie la vallée de l'Huveaune à celle de l'Arc entre la montagne de Regagnas et le mont Aurelien.

Couelle est dérivé du mot « Colle », pas du produit destiné à lier entre eux deux éléments, mais d'une colline.

Au départ du col, en parallèle à la longue piste qui monte, nous empruntons, sur la droite, un sentier balisé en bleu qui nous emmène sur des petites falaises, complètement à pic et assez escarpées. Ce sentier est pratiquement inutilisé car il est peu visible. C'est un petit sentier de crête, escarpé, mais dans l'ensemble facile, qui nous conduit au pied du mont Regagnas. Nous admirons de beaux paysages en bordure du vide : la plaine de Kirbon, la chaîne de la Sainte Victoire et la vallée de l'Arc.

P1100709

 

Trait d’union entre la chaîne de l’Etoile, qui coiffe Marseille, et le Mont Aurélien, qui coiffe Saint Maximin, le Regagnas s’étire d’Est en Ouest entre Bouches du Rhône et Var.

Dominé au nord par la Sainte Victoire (1011m), et au Sud par la Sainte Baume (1148m), le Regagnas culmine à 711m et ferme la plaine de la Haute Vallée de l’Arc.

La légende justifie ce nom en évoquant les luttes incessantes entre habitants de Trets et de Saint Zacharie pour occuper ce lopin de terre, et chaque fois qu’un parti prenait l’avantage sur l’autre, on disait qu’il avait regagné d’où « Regagnas » en provençal.

 

Nous suivons un petit sentier, parallèle à la route, qui se faufile entre rochers et végétation qui nous conduit à une esplanade à 649 mètres située sous le sommet, et nous suivons, à gauche, la route qui monte à celui-ci. La vue est magnifique dans toutes les directions.

P1100698

 

 

Le sommet est pourvu d’une grande tour de surveillance contre les incendies visible de loin. Cette vigie est gardée tout l'été par des pompiers qui surveillent le massif forestier et un éventuel début d’incendie. Certaines vigies, comme celle du Regagnas, font chaque jour des relevés météorologiques qui sont ensuite transmis par radio au CODIS: direction du vent en degrés, force du vent en km/h, température en degrés centigrades, hygrométrie en %. La vigie offre un vaste panorama: au nord la Sainte Victoire, au sud la Sainte Baume, aux pieds la Haute vallée de l’Arc.

P1100700

 

Nous revenons sur nos pas jusqu’à l’esplanade sous le sommet, puis suivons, à gauche, la piste tout en descente qui passe à travers une belle forêt composée, entre autres, de chênes blancs, de cèdres et de yeuses (chênes verts).

P1100704

 

Nous passons à côté des ruines de la Sérignane pour rejoindre le hameau du Kirbon qui a conservé un aspect rural avec sa petite plaine cultivée entre les collines et la montagne.

 

À Kirbon, on trouve du miel bio et du fromage de chèvre du Rove, en particulier la célèbre Brousse à certaines époques de l’année.

 

Au XIV siècle, à Trets, la communauté réglementait la "dépaissance" des chèvres et des moutons. Les chèvres fournissaient le lait. Les moutons la laine, vendue à Trets ou à des marchands d’Aix ou St Maximin. Les bovins peu mentionnés dans les archives devaient être rares. Mais les porcs étaient nombreux à être lâchés dans les bois communaux à l’automne, au moment de la glandée. Bois et terres agricoles étaient parsemés de ruches.

 

Nous nous remettons en chemin pour rejoindre le pas de la Couelle. Lorsque le chemin débouche sur la route, nous découvrons un monument à la gloire des Légionnaires des 11ème et 12ème REI. Après l’armistice, ces Légionnaires rescapés furent regroupés dans la région de Fuveau. Au repos forcé, mais pas inactifs, ils entreprirent, selon la tradition, des travaux et notamment à Saint Jean du Puy pour ouvrir « la route du Légionnaire ».

P1100712P1100714

 

Les voitures sont stationnées un peu plus haut. Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons à la Pastorale du Regagnas, sur la D.12. L’été, on y trouve les ânes, les chèvres blessées qui ne peuvent gambader… et la brousse du Rove au goût incomparable,

P1100722

Texte et photos: Geneviève MARTIN

 

 

 

La Petite Etoile par les santons et le col des Ouides 

Ce dimanche, 8 février 2015, nous sommes quelques marmottes qui décidons de faire une randonnée dans le massif de l’Etoile : la Petite Etoile par les « santons » et le col des Ouides. C’est une randonnée assez facile de douze kilomètres qui dure environ quatre heures et demie – cinq heures.

P1100611 P1100615

Après nous être regroupés à Simiane Collongue, nous rejoignons un parking à proximité de la Chapelle romane de Saint Germain qui fut bâtie en 1056 sur la voie qui venait de Marseille et passait à Fabregoules, à travers les bois de chênes et de pins d’Alep.

P1100619 P1100620

La chapelle fait l’objet d’un pèlerinage séculaire en l’honneur de Saint Germain.

En provenance de la chapelle, au carrefour Jean le Maître, nous commençons notre randonnée en franchissant une barrière et en entamant une montée continue et régulière

En contrebas, nous constatons que la température du lieu a permis à la neige tombée cette semaine de se maintenir en place.

P1100625 P1100626

 

Nous retrouvons la neige sur le chemin un peu plus haut.

Plus loin, nous poursuivons notre progression dans la garrigue tapissée de romarins, d’argelas et de thym dont l’odeur nous chatouille les narines.

Nous traversons le spectaculaire chaos rocheux des Santons.

L’homme de pierre nous regarde monter.

P1100631

Une petite pause pour admirer le magnifique panorama, puis nous nous remettons en route et traversons un paysage semi-désertique que Sophie baptise « la forêt magique ».

Ces arbres morts aux formes insolites nous mènent à un col à 556 mètres.

Nous suivons la crête où un vent glacial nous fouette le visage. Plus loin sur la droite nous rencontrons la petite grotte des maquisards à l’entrée de laquelle une plaque commémorative a été apposée.

Notre progression sur la crête nous conduit au col des Ouides. Là, nous empruntons à droite une descente raide et caillouteuse rendue difficile sur un assez long tronçon par la neige gelée qui recouvre le sol. Mais notre prudence nous permet de passer l’obstacle sans dommage. Nous continuons jusqu’à trouver un endroit qui nous permette de nous restaurer au soleil et à l’abri du vent. Personne n’a eu le temps de préparer un gâteau. Quelle déception pour Bernard !

Après un petit moment passé à imiter les lézards, nous nous remettons en route. Le chemin traverse un sous-bois et nous conduit au cabanon de l’Oasis, petite maison délabrée que nous « visitons ». Une toute petite pièce au rez-de-chaussée et la même à l’étage. Le confort laisse à désirer !

Nous continuons sur cette piste qui finit par rejoindre une petite route goudronnée qui longe des habitations et nous voilà de retour au parking. Nous avons passé une bonne journée et avons fait une randonnée agréable en bonne compagnie.

 

 

Toujours plein d’entrain et avides de nouvelles sensations le petit groupe de marcheurs de la section randonnée, cousine germaine de la section plongée ( des liens de sang nous unissent) du grand club marseillais MSLC, a décidé sous la houlette de son accompagnateur en chef Patrick, de randonner dans le parc naturel régional du Queyras dans les Hautes Alpes.

 COL VIEUX
 FAMILLE MARMOTTES

Pour la petite histoire, le Queyras doit son nom à la tribu gauloise des « Quariates », leur nom signifierait « ceux du chaudron » …des montagnards qui surveillaient les voies d’accès de plusieurs cols ( Agnel, Urine et Izoard) et maitrisaient les grands passages transalpins. En tant que région frontalière, le Queyras a souvent souffert des guerres, traversé par les troupes françaises au 17 et 18ème siècle qui combattaient en Italie les armées de Savoie (1625), d’Espagne (1701) ou d’Autriche (1740) ; les habitants avaient l’obligation d’ouvrir les cols en les déneigeant si besoin, couper des arbres pour faire des ponts, de fournir fourrage, mulets, farine entrainant de lourdes dépenses à la charge des seules communautés ; les première et deuxième guerres mondiales ont entrainé des lourdes pertes humaines notamment une grande majorité des jeunes d’une population vieillissante.

Pour la géographie, le Queyras est situé au dessus de Guillestre, mais oui la route pour aller au ski dans les stations de Vars ou Risoul, sauf que là tu tournes pas à droite pour aller sur les pentes neigeuse tu vas tout droit vers Ristolas et sa petite commune de l’Echalp et son refuge le « 7 degré est » situé à 1800 m d’altitude. C’est là que la fine équipe se retrouve après avoir fait du covoiturage comme il se doit le vendredi 05 juillet à 19h30 autour d’un bon repas et de quelque bonnes bouteilles de vins et champagne apportées par nos amis Patrick et Bernard (notre pilote émérite du Suscle) pour fêter leur anniversaire avec Sophie, Dominique (sans le chien, snif), Christine et Lucia pour les dames, Mario ( on cite toujours les aînés en premier par respect), Bruno, Gérard et Pascal ; je sais le principe d’égalité n’est pas respecté mais Geneviève et Anne-Marie étaient excusées ! Et c’est ainsi que l’on rejoint repus et guillerets nos deux dortoirs pour une bonne nuit de repos.

 MARCHEURS
 LES 3 GRACES

Au matin de la première journée les mines sont partagées entre ceux qui n’ont pas bien dormi à cause du bruit ( certains ronfleraient un peu fort …), à cause d’une mauvaise digestion ou d’un mal de cheveux ! Mais peut importe nous voilà partis après un solide petit déjeuner sur les pentes abruptes qui doivent nous mener au lac Foréant à 2618 m où nous arrivons vers 13h bien fatigués par les 950 m de dénivelé ; la pause casse-croûte tant attendue est la bienvenue , on a eu chaud pendant toute l’ascension et un petit vent nous rafraîchit juste ce qu’il faut ; les paysages sont magnifiques, des falaises taillées par les glaciers et les eaux torrentielles , des gorges qui forment des corridors, des blocs de pierraille qui s’amoncèlent en éboulis au pied des parois, des sommets qui grimpent à plus de 3000 m, desquels jaillissent des magnifiques cascades ; petite anecdote, nous avons vu des petites marmottes sortant de leur terrier, une famille avec les parents et leurs petits , émouvant ! Après le repas des volontaires dont la courageuse Dominique, valeureuse représentante de la gent féminine, se mettent en marche pour atteindre le col de Foréant à …… m en traversant un névé, on s’enfonce dans la neige jusqu’aux genoux, la pente est rude surtout après le repas mais çà valait la peine car le point de vue sur les alentours est sublime ; on ne tarde pas trop car le ciel se couvre et il faut redescendre. Le retour se passe sans encombre avec une nouvelle halte pour admirer nos copines marmottes et l’arrivée au refuge est saluée par tous . Petit repos, douche, visionnage des photos et on se retrouve en terrasse pour déguster le punch de Lucia, le champagne de nos deux fêtards et les cacahouètes qui vont bien avant de dîner et de se mettre au lit pour une nuit réparatrice. Les fumeurs se rejoignent pour la dernière sur le balcon où dort Pascal dans son duvet à la fraîche et à la dure !

Au petit matin de la deuxième journée, certaines mines sont carrément déconfites, Patrick qui a eu le malheur de partager le dortoir de Bruno et Gérard n’a quasiment pas dormi pour les mêmes raisons qu’évoquées plus haut et alors qu’il nous avait bien recommandé de penser aux boules quiés , devinez : il a oublié les siennes …On prend les voitures pour rejoindre le Parking, et on est parti pour découvrir le grand belvédère du Viso qui s’élève à 3850 m. On longe une rivière alimentée par les nombreuses cascades, des névés descendus jusque dans son lit terminent tardivement leur fonte, le ciel est bleu , il fait chaud, la flore nous offre un kaléidoscope de couleurs naturelles qui vont de l’indigo au jaune en passant par le rouge, des fleurs poussent en formant un décor harmonieux et chaleureux, on croise la route de nouvelles marmottes, plus grosses cette fois çi qui se laissent péniblement photographier, Mario & Bernard tels des pisteurs sioux s’en approchent à pas feutrés au plus près pour en faire des gros plans, la pente est douce avec un léger dénivelé, on prend notre temps , on boit l’eau de la source fraiche et limpide, c’est le bonheur quoi !

 MARMOTTE

MARMOTTE 2

La pause déjeuner a lieu dans ce cadre mirifique vers 13 h . Pendant ce temps, comme à son habitude Pascal en mal de trekking a continué  à grimper pour trouver un lac au flanc du Viso …et comme d’habitude personne ne l’a accompagné car nous mettons à profit cette période de détente pour échanger nos connaissances sur la faune et la flore du coin, rappelez vous dans MSLC, il y’a le mot culture aussi et on doit lui faire honneur ; on redescend gentiment sur notre parking du départ et on décolle vers 15.30 h pour un retour à la civilisation ; une halte dans un café de Ristollas et nous voilà partis pour un voyage sans encombre ponctué tout de même par un terrible orage vers Sisteron qui nous a obligé à rouler avec prudence.
 Nous remercions Patrick pour l’organisation de ce week-end et puisqu’il s’y entend lui proposons de prévoir au choix : la Corse ou la Réunion pour l’année prochaine …des volontaires ?

MONT VISO

Petites annonces MSLC