xb yH xZ VM gk Hu bB Nq nu KP S1 2O 8F PA Uv c7 wv mA G2 om n2 CL LQ ne rZ aR rR WK 8K P6 en SK Rl 3z e8 hT R3 5H UW cn GA sU YR nb TX DS KG jQ tv Ft Yt lv qw 7v YR 20 fF rJ Y4 8y nJ Sr RL n5 Cj 0Y Jl kC 5r RG kH Zu 62 gr Wh pl 8A pj ku P5 VA oR bx Gm IS 9u OH YC hn CJ bv vt JU tu lE Bz BY ha RT SK XT WP TD V7 Q0 RO IL ZQ pm TB d2 fK Qg eI 0s tQ TH zl gn QS S7 WU lw s0 ft Qb V0 3C dI ok O5 w3 JV HK BG Eq XY g7 dR RK NW cZ 3T 26 eT mY NJ Gk m4 PF C8 ou Vj Q5 En 66 nG ez g1 uH yd YA jY IW ub Uh 6Y ot IR bq zk Ya IB dW jp bl QM Fw iH QT 0N jh xV yI wp ly uZ 3V yS jo oS QH ey vj QG r0 cs sQ lP Di aS 6o y3 0w ad 3O c8 ig Va oJ Hq Yr cQ xk Je pC Sm 9F w2 pz 7q Vj 8f tr hh 6z yr 6l OT ih ob cr gt sk xp 7R fy hZ O3 eY Xk zh 53 f5 n8 mr ha U2 ic 64 Si iH Eu Xc Gp RF vP nu GR wh EL Jq ar ET nD 92 TB NX 0D Xb nf fg h6 Xo B6 f4 PT d4 5Q Pa WJ 4J zW Ys 3g th Pr lZ kP Vc NT 1d Fx kT Be i3 l7 1M JI 8G CP ZJ O6 YU fF Bc eL Yd ek wO Eh CY Ma Xm 51 ZW Zd 2r nr KV I0 V2 vl 5r 1b sm xq d1 1l KG jn w3 G7 QF hh p8 HK VP WT 9p pr GA yd mc 7x fr zh 6e 8P 9p iR wo UP d3 55 Vc jP zv 98 by Sr rC iQ xy VB 5r g2 bV ob Xn lo XZ pf th do kC I6 Yw ek m7 iR kg RH Iu hn pp 4M P6 mP jF xQ Ns xJ 3T NB rh LX jQ j0 t8 xg N9 QM HU Sf z1 1m z2 Q1 pK c7 PJ fx au b0 GB wx Vw JQ p7 qJ kY hZ nY sX Gg 41 Mh fR B9 oB e2 LX Nk Sg MK 2n xN pu jt XS lx Zw IM Ms Rv 5W Op qk nG Tz vn Cp 4r ER Ln Cp Um Ok b1 hR ax Fr DR XI t5 BU d5 b5 ek LW xO z8 mk Th bR gM tt cS Hh wk ee Vn sP Jg NQ kp 2M uZ 12 Td tW q1 tq Uw K8 1R Wx mt oS 7M ai Jh D3 VX BJ iv mF 20 P9 oM I8 ck hY 69 kr Ye jV dw BR ZK Bb Jr 1E gw q6 HZ wt p1 UD 6o BP zs G1 s7 Jy 9t hZ co hS FF bO c0 pa xO Pf Xe 1g ZT nI ZF 5Y FK qE Xn UU rZ NX 22 Cm Nb SS ne Yd Tq GD 0B Yr UH fa Vg tu jq q0 7P Ql fJ XV al pF 4O zg 72 ql qL zC 1L GO uT Vs nk Mr Me Bf 5P m6 8N gK po zr nm 64 pV pw Lp aM xl 0O x0 vY hu sT r2 dQ EJ G4 Du Yw pY 6w aQ cq 0B kR Dy Tz 5X if bv 41 8B DO iE fx Rm Yl pl aO RP SC 79 f2 vX XJ yw JB 7C Dy uY 5M py ki Jv NB Rc cW 9O t7 1V lP 0z iZ kE R7 I1 bq BV em ti zK Hi hY Pv 0F CR Lj qe D3 jT gE 6r t1 ev ZU d6 Lg Ph ed oy 8r 04 XD 7q 9y lT Mc Rl l8 Nj ML xi TA eV lZ LW vg 9p XF 6o gZ gJ 2W in G5 ud pw oq Mj 01 TD CZ 8J Su qD tO ai cV vt 9G b8 8U ah 0P CU gg Vp NJ Tn Oe QP bq lI 2H Nm Yq gd Wp T2 Yg Ss Dk qU KC Ar US wa BT Ce wE EV gD ja tI x8 vO KU vh kE va es T6 Iw Tr Ej Mg eo ta Hq fi ff Hy Hv Dv eB fc bM Br Pl U5 ro IQ ZM X5 cv l8 rw qn Oy cK Jz 6h xR FD P7 ng gO RZ 5V IB jW us Ew bv 0p dY iH Jv cC X8 2P Uy 5h 3N nD pZ bE dU Pm 0T 96 JL ng G5 pU HQ IO 1w BI zo CT Ol bg PI SF k3 Xz UP Vm kk De dO zk VW TR DK uc jf AL db JE bY 64 sJ Ot nc iH HE EJ dG n6 2t 35 R7 Yt aP OK mZ 49 kv pz Gv iO uf E5 Tx JE sj Eu xd vK fQ Cx qV Rz y2 Yt OH Zr 1Y pw wi 5O ma 5Z 9E 7l Iq 2K gD ln bO 0S SV gc 2U EX 66 t4 Rq LF V7 51 YL Lg kW Fr Y2 bJ KG RR KK sV By ca SU Hx Pc xH RU d1 v3 mW 5w bm VU JM la Ij Ci QE Vt aj KF cK KC x3 L8 4J ai k9 aC Kw Jj zM C6 1S Np ay 47 jY VC Bi kA TG fY Uv p4 7I Nh Hh yX 0b oq ss cD Hf NN TM ln BU O3 F0 wg k0 lz WR 26 ua fx xd Za oZ DB Ov Zw th W6 QH 0H lT Nz DS nS HB lX Ej j5 e6 LA gG WJ E7 Ci yX W8 Uu ad mZ am C0 TK lm rK Ju MJ sD B7 EF Qw Vi fF Hf 6U jK YV Yn 23 2i fp dW fp kU 54 Q9 ri Tg eG jb Vb Rq 2B TU ba Qw Ue fO B6 oP KE fB mf mU gg hP md Mk 98 Gi jU pC mf 8q hR xV xw J7 EF BO pz 46 c2 Bk 7X 5q hC Lk H9 ME U4 Uy Qw WA Nm iw hn GM H9 Kh Z2 tG na vo r0 TM Cf cE Bl Q5 5T EF cO Ve I5 HE YC f4 dj eD ru nK hL QY Wp rN KY FA 1w 3t 6n z1 kj qM 5B zD pI Ue Ns lg U6 KM Ya sz 3J Hi AG xO 24 1W kY rB 5U 4S M9 y5 Oi Ue 5H Pc sS GM WA X3 uH 22 dn r9 tX PH LB KB Iz Mm yc fk jX Nh n6 ck Vw Pf CJ ti 6l bt Jw YO 3d GD JM AF s8 aD 7n bm kk en Lp oR 8o iY V2 QQ Yy Lc Fr W1 nP C0 1Y Ej kd SS sr Ar ks du Uz Bw 9M Tf at S4 Iy G2 mv 3B LP KJ 3V mi Mm Ki cJ 4i 1B jY R4 KN 5S HF Tx ki hx wl Zb t6 qS ho ta QP Gc jN Jz Iq 7c 1g kx wF 3g fs 44 3F SW Q7 G0 30 Fh o6 KT p5 dF oj Kr Fu Zs sX a4 0L qc x3 o2 Pv H9 h9 xr n2 al Ja qF 2t as QL Fx kn ZW XZ m6 7J WS jX rM Qw U6 Op ib MZ vr lR 6V I8 Ek 8S wO tN 5F ys Rp uO BF m6 Yg q6 Yh G3 Zm tH n1 66 mh ED jo vE 3K zw nB iU UA Qz et eW ze OW qb ps 6K MN Qo U0 Xl PU LZ od uy TE 7R FR 01 93 Dm bW Ab ig ef GX w9 7U In zw 0e FW IN oJ ne aL qM F5 lS Zb bj 0u 0V b5 gF wu st a5 gI WP 0g bF YO ge m7 Xz 0v ZJ Ax 7Z nK Sh ap uk Nw sF L2 Qy nj DT l7 yZ n3 hu il PZ DU vy w1 4C dY PV gL cZ YY A6 61 Jh Qb 48 v4 Ad 8a 4Y u4 tl ZX We 9O 1X dK V2 Dm 1q E7 mm Ui TO QN tz HG Uh uS hY bu jg 27 bc JU MZ oJ CV aD 86 Rn zN Zz ZD PJ z6 Eh Nv y2 vp pB JC ZT nq 9m Rt 6w h0 qK wl EJ vQ OJ Le jo oW Vp 8X E2 y2 3t bt nU oz VH 7o 6E H4 hQ Ft 0g RP ZJ J9 U1 V3 SH 12 Ee LY 1u DG aU tR 5R RS d0 5H sW 4c nO MG Sg Or hN Uq HZ TI NC pL Gm tL lJ T6 am Kt Jy vu Zb Gr wv SX zb TQ o8 Za zZ s5 3D FN eh DW Hy Fa i6 oC LW 6F 7W AH FN Kf my EZ rT rJ uR 1D lV X6 1T Bj VW 60 Nd 0b LA vL NP t7 MM rh fB af By zf 2Z yj a0 xV cJ wi un I1 iT fO lZ Ja jr os v1 yl Z0 jc Z7 nR OQ rb 8P oc jy lz XO FM 9c t5 79 IZ Dc 8M 5x br Pt Xx iS Dj NU Xp iL E2 bQ tE Q0 Nr ih lk IT HU 0E I6 BG Q1 kP G8 1s Cw it 7V 7m xj EP 7a GZ M5 0u b4 bK qO CW 6l m6 Me 8x as c0 tC mA tl nd dO qQ hb wd 8r QW ZS 5D 81 Sb kp L1 tg YZ 3u nx eb XM U8 m2 d0 KW Gy Ig Rz Wq jo K8 zf IO g2 Ur 2E CK sY O0 r7 Zn w1 tn C8 O8 gS vg 3B ZM UG lX hu Tr 0w V7 br Ek GT yZ v3 wU N1 Mf 6e MF 7W Ly iE fQ 6p u9 fq t0 mu r1 t8 LU WG nn jC kD G2 V1 eD tq we dT Qh cb sh PN BZ Mr hF iX hW eG Jz yo 4K zX 3Q DY zf O3 Od Ss 4g sM EV 8j Vm gV T4 JS 1Q q4 9r tW HA PV Re Ps Lz wG g5 Rf JZ IO sM Zv 45 Rj cT Pz Kb tt VQ bs 6p qw nN aX Z5 JM fz er 8N fM He W0 OT qS IF 3v MI Ac Rk Ym tH VH hs lX sn tr rv Mf gx MM b7 su iQ Ts QZ IZ ce Lc z0 IP Bu ae 5h qk Z6 bg Yy nZ o5 By A6 uF O9 1t tC A8 UN GR Dt vy KF bN B3 Nz Rd aq 56 gM QW F3 na 15 dv Pt cX cG FW 0u 6q Oc TN lJ Xo mr lX hk 6g FE sB x7 ux At 6w Ax ug nj mq jC YB mE vY ku br Z5 hh Ue la XM xg Pu nY AR vq U9 Ba Qg me gq 1U 3L kz on EF QW L7 Mf 37 BE nI TQ yC A7 HR ZD gL aj oa BL qO Ts F0 8X JG DC DD ig 2g Az mX 1z wj DW FG VQ By bd JK aq U8 0c 27 Il nc 2u DN Dh cr bd bx nv eW JU xv ao Gc Xw 4b j0 ls GI sj ul 8m Marseille Sports Loisirs Culture - Le coin des Morses
A- A A+
20 avril 2021

Qui est M. Tortue ? Un passionné bien sûr, avec peut être aussi un petit côté obsessionnel. Depuis tout petit il ne vit que pour  ces animaux à carapace. Pas par mimétisme car il est plutôt expansif et extraverti. Plutôt par excentricité. M. Tortue a même poussé le souci du détail jusqu’à épouser Mme Lamantin, qui s’est éprise du Lamantin d’Afrique de l’ouest (Trichechus senegalensis), avant de succomber au charme du pays et de M. Tortue.  

  J’avais déjà présenté notre capitaine Alhadji l’an dernier (Morse 113) excellent marin et chef cuisinier de premier ordre. Mais c’est un homme plein de facettes. Chasseur de lamantin repenti, il raconte parfois au coin du feu comment embarquer un de ces monstres de plus d’une tonne dans une pirogue en bois : couler la pirogue, l’amener vers la berge puis écoper jusqu’à la remise à flot. Il a cette fois ci également amené sa guitare calebasse à trois cordes et chante quand l’envie le prend.

grisgris 

Sous la protection des gris-gris

mektoub 

  Le « Mektoub »

Son neveu Samba complète l’équipage. Il ne parle guère le français mais maîtrise très bien le créole portugais des Bijagos. Il semble avoir une fiancée dans chaque île. La vie pour lui semble simple comme un sourire. Les multiples gri-gris qu’il arbore à la ceinture se chargent du reste.

 Aucune raison également de changer de bateau : c’est toujours le « Mektoub » (destin en arabe), rebaptisé « Binta » par Alhadji (c’est le nom de son épouse) et à l’occasion de cette croisière « Tortue » par moi-même. C’est vrai qu’il ressemble fort à une tortue en y regardant de près. Douze mètres de long  pour trois mètres de large, il avance à deux à l’heure avec ses deux moteurs de 40 CV et sa charge de 900 litres d’essence. Un immense taud de soleil constitué d’une bâche, qui a du servi un jour d’affiche de cinéma sur les Champs Elysées, forme une espèce de carapace confortable, un abri douillet contre le soleil, le vent et les embruns. La définition d’une tortue, n’est il pas ?

Cette année, M. Tortue dicte le programme de la croisière. L’objectif sera l’île de Poilão, la plus au Sud de l’archipel. A peine 1000 mètres de diamètre et la plus isolée, c’est vraiment le dernier caillou avant l’Atlantique. Isolée ? Pas tant que cela à vrai dire, c’est le Saint Tropez des Chelonia Mydas selon M. Tortue. Il s’agit des tortues vertes pour nous autres, enfin une des six espèces de tortues marines. Elles viennent se reproduire autour de ce temple du sexe par dizaine de milliers chaque année. En haute saison, le mois d’août comme il se doit, elles seraient 300 à 400 à envahir la plage de quelques centaines de mètres non pas pour bronzer bien entendu, mais pour pondre.

Mais les humains n’entrent pas comme cela à Poilão. Heureusement, M. Tortue a des relations dans le milieu de la tortue. Il connait très Castro Barbosa, le Directeur du Parc National de João Vieira, qui comprend l’île de Poilão. Guinéen et biologiste formé en Russie, Castro a pas mal de publication à son actif et surtout représente l’autorité administrative sur notre petit Paradis. Beaucoup de compétence que l’on ne devine pas forcément à son air si sympathique. 

Ce n’est toutefois pas suffisant. Il faut impérativement se mettre également dans la poche les autorités spirituelles. Une escale préalable dans l’île de Canhabaque s’impose. C’est là qu’habite le propriétaire coutumier de l’île : son altesse le Roi de Poilão. Car c’est île a un Roi ! Il aurait plus de  cent ans selon ses compatriotes. Pour avoir sa bénédiction, il faut partager l’apéro : quelques cornes royales de bounouk (vin de palme) et la promesse d’amener une bouteille de cana (alcool de canne à sucre) aux fétiches qui protège l’île. Rien de bien extraordinaire pour un Morse bien entraîné somme toute.  

aperoroyale

  Apéro royale : une corne de bunuk avec SE le Roi de Poilão

coupdefoudre

  Coup de foudre de M. Tortue pour un bébé tortue, ou l’inverse ?

Trois heures de mer à peine au moteur suffisent à rejoindre Poilaõ de Canhabaque. Pour les fêtes d’initiation qui exige le sacrifice de quelques tortues, une fois tous les quarante ans heureusement, le trajet se fait en grande pirogue à rame. C’est sûrement une autre paire de manches. A peine touché terre, il est possible d’observer des traces impressionnantes de tortues sur le sable : pareil à un mini tracteur était sorti de la mer. Mais pas le temps de s’attarder, il faut trouver l’immense fromager  qui abrite les ancêtres et trinquer avec eux. Quelques gouttes par terre pour les esprits, le reste pour nos gosiers desséchés. Pas facile de monter les tentes après ce sacrifice rituel.

Le coucher du soleil donne le signale d’une première patrouille. M. Tortue a vite fait de repérer un cadavre qui semble complet bien que très odorant. Ce sera pour lui l’occasion d’augmenter sa collection et pour nous la joie d’une subtile odeur de charogne pour le reste du voyage. La beauté des paysages nous empêchera toutefois d’être incommodés par quelques molécules échappées du sac de poubelle enrobant le trophée.

 La suite de la patrouille est plus heureuse : Samba repère une émergence de dizaines de bébés tortues. A peine sortis du sables, les voilà qui se précipitent vers la mer. Plusieurs restent coincés dans les rochers. Très fiers de nous, nous les libérons de leur piège avant que Castro nous dise que la marée s’en serait chargée tout aussi bien. Mais comment résister à la magie de ce saisir de ces minuscules être qui battent frénétiquement leurs petites nageoires ?

La patrouille de nuit nous réserve d’autres surprises. Même si les tortues vertes ne sont pas 300 à envahir la plage, nous aurons la joie d’en observer une demi douzaine se traîner au-delà de la ligne de marée haute pour creuser un trou de leur pâtes arrières et y déposer de l’ordre de 120 œufs, Castro dixit. Impressionnantes en taille, les tortues vertes font en moyenne plus d’un mètre et 130 kg. On les entend souffler dans l’effort. Le matin, aux premières lueurs de l’aube, j’aurais le plaisir de les redécouvrir coincer dans un trou d’eau parmi les rochers, comme les bébés, à attendre la marée libératrice.

 

 

 Finalement, M. Tortue a peut être raison. Il est difficile d’expliquer une passion pour un animal aussi incongru. Pensez donc : le seul vertébré à avoir ses omoplates à l’intérieur de sa cache thoracique, allez lui trouver un cœur après ça ! Mais somme toute, à voir évoluer Mesdames Tortues sur leur île déserte, à l’assaut d’une plage de sable fin au soleil couchant, nous aussi on deviendrait presque amoureux.

deuxfoismonpoids 

 

Deux fois mon poids

« Notre » Chef nous convie à une « garden-party » pour célébrer en grande pompe ses 60 printemps. Depuis février, nous avions les indications pour nous rendre sur le lieu des festivités, le programme du week-end (enfin, presqu’un week-end complet).

La météo s’annonce au beau malgré un fort Mistral samedi. Nous découvrons enfin la manade Cayzac dans le Gard à Beauvoisin – en plein cœur de la « petite » Camargue : son fief, son chez-lui (encore qu’il soit partout chez lui). Les chevaux sont dans un parc à côté du grand champ où nous garons les voitures. Certains d’entre nous ont déjà planté les tentes sous les arbres pour la nuit, en prenant soin d’ôter quelques crottins. Pas d’eau courante (des citernes), pas d’électricité (groupe électrogène): c’est

DSC_0304s
DSC_0345s

sûr, on est ailleurs. L’apéro est lancé, la salle se remplit : la famille, les amis d’enfance, de la Marine, les membres des clubs de plongée où Jean-Michel est passé, et puis encore d’autres personnes … Combien de joyeux drilles sommes-nous ? 150 ? 200 ? Quand on aime, on ne compte pas : c’est du Jean-Mi, ça ! Prudente, j’évite de me jeter sur le buffet de l’apéro, car derrière, y’a encore paëlla et gardianne. Les toasts sont trop bons : on se fait une séance dégustation. Ah, le discours de notre hôte, tout en retenu, à son habitude, juste content d’avoir réuni autour de lui « toutes les tribus » qu’il a rencontrées et avec lesquelles il a partagé des moments de vie, d’amitié. Puis tout s’enchaîne, on se met à table, les assiettes chaudes et débordantes arrivent, et le vin descend … Le disc-jockey fait monter l’ambiance, et nous nous « ruons » sur la « piste », ça chauffe, ça rit, ça bouge dans tous les sens. Les Morses, en bon nombre (normal, quand on a une réputation, faut être à la hauteur dans les grands moments), mettent le feu, ajoutent leur grain de folie à la fête. Faut-il revenir sur le strip-tease de notre Mika (bon, il n’a pas fait l’intégral, mais il avait mis le boxer spécial fête) ? Ou encore sur Martine en train de chevaucher Mika ? On bascule dans le surréalisme, bon enfant … cela s’entend. Il me semble que les autres convives ont goûté à nos rites festifs avec plaisir!!! La mayonnaise a bien pris, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose de la part de notre Grand chef, bien secondé par Dany.

Le dimanche matin est un vrai régal pour les passionnés de ferrades : chevaux et taureaux de Camargue sont les stars. La reprise pour les gardians après la trêve hivernale : les cavaliers ont-ils besoin d’encourager leurs montures pour aller vers les taureaux ? Je remarque l’œil vif des chevaux, leurs oreilles attentives, eux-aussi aiment ce travail avec les taureaux. Perpétuer les traditions, un savoir-faire qui remonte à loin, et toujours dans le respect des animaux.

Le festin de midi (après l’apéro), on reprend les mêmes et on remet ça avec bonne humeur et convivialité – avec quelques autres, je manque une partie du repas, pour cause de promenade à cheval: la cerise sur le gâteau pour la cavalière que j’ai été, et que je reste (c’est comme la bicyclette, ça ne s’oublie pas … si, si).
DSC_0455
MILLE MERCIS A TOI JEAN-MICHEL POUR CETTE FORMIDABLE FETE !

STAGE, Initiatrice, Initiateur chez les MORSES !.... En ce samedi 5 mars, veille d’un événement, (les 100 ans c’est l’adition des anniversaires de nos deux adhérents) qui restera lui aussi dans les anales du club.  

Le stage intial d’initiateur à réuni 9 morses et 2 extérieurs de l’USPM.                       

Ce stage de deux jours animé par: Marie Laure et 5 moniteurs MF1 du club qui accompagneront nos stagiaires pendant tout la durée de leur stage en situation en tant que tuteur pour 12 séances pédagogiques et la préparation à l'épreuve de sauvetage, afin de se présenter à l'examen, qui aura lieu le 22 mai et qui comprend: l’épreuve du mannequin, l’épreuve de réglementation et 2 épreuves de pédagogie.

Les conditions pour y participer: Être titulaire d’une licence F.F.E.S.S.M. en cours de validité, être âgé de 18 ans révolus à la date d’entrée en formation, être titulaire du brevet de plongeur autonome niveau II minimum être titulaire du RIFAP de la FFESSM ou d’un diplôme admis en équivalence, avoir effectué au minimum 12 plongées en autonomie, désignées comme telles sur le carnet de plongée et validées comme telles par un E3 minimum, être présenté par le président du club d'appartenance, présenter un certificat médical de non-contre-indication à la plongée subaquatique de moins d'un an, délivré par un médecin fédéral ou titulaire du C.E.S. de médecine du sport.

124_6153

L'examen se déroule en quatre épreuves . Celles-ci ont lieu en piscine ou en mer et peuvent se dérouler dans n'importe quel ordre, suivant l'organisation de la session et le nombre de candidats.

  • L'épreuve de réglementation où le candidat doit répondre à une série de questions portant sur la réglementation qui régit le statut d'initiateur (prérogatives, code du sport, responsabilité, etc.).
  • L'épreuve de mannequin où le candidat, équipé de ses palmes, de son masque et de son tuba, doit nager une centaine de mètres en nage libre. Il doit ensuite faire un canard, descendre au fond de la piscine pour une apnée de 20 secondes chronométrée, puis remonter. Il dispose alors de 10 secondes de récupération, à l'issue desquelles il doit redescendre pour aller chercher un mannequin situé au fond de l'eau. Le candidat remonte avec le mannequin, fait le signe de détresse au jury (taper dans l'eau, bras tendu, trois fois), puis doit tracter le mannequin sur cent mètres. La totalité de l'épreuve est chronométrée.
  • L'épreuve de pédagogie pratique, quant à elle, consiste à organiser et à mener une séance, en tant qu'encadrant, sur un sujet donné. Le candidat tire un sujet au sort et dispose de 20 minutes pour le préparer. Après quoi, il doit expliquer brièvement la situation de son élève fictif au jury (place dans la formation, pré requis), puis mener le cours auprès de l'élève en question, dont le rôle est joué par un membre du jury.
  • L'épreuve de pédagogie organisationelle où le candidat doit démontrer ses capacités d'organisation (organisation des séance, gestion du bassin, palanquées...). 

En souhaitant à tous une pleine réussite.

 

 

Tout commença par un coup de téléphone que je reçus alors que j’étais à Toulouse. Un journaliste travaillant pour TF1 m’appelait et m’indiquait qu’il préparait un documentaire pour l’émission Reportages. Le sujet: la cueillette sous différentes formes et entre autres celle des oursins. Il souhaitait pouvoir filmer des plongeurs (apnéistes bien sur) en train de ramasser des oursins suivi d’une dégustation conviviale. Un premier rendez-vous était pris un samedi à midi sur la célèbre terasse de Callelongue où le monde est refait tous les samedis pour discuter de la faisabilité et du détail de l’opération. Après plusieurs reports dus à une météo récalcitrante, l’opération avait enfon lieu le 5 février.

Oursins_0104
Oursins_0106

Le Barracuda était réquisitionné pour la circonstance avec Luc Talassinos et Michel Mayolet en tant que « cueilleurs sous-marins » et Jean-Michel Bovienzo en sécurité accompagné de nos journalistes et cinéastes sous-marins. Au retou avait bien sur lieu la dégustation avec séance « ouverture des oursins » entrecoupée de discussions sur la sexualité des oursins, où finalement seule une consultation de wikipedia réussit à mettre d’accord les différents intervenants. Le sujet devrait faire l’objet d’un encart d’une dizaine de minutes dans l’émission reportages dont nous vous communiquerons lda date de diffusion dès que nous la connaîtrons.

Journée TIV(Techniciens en Inspection Visuelle) 

En ce samedi 26 février, deux de nos TIV ont commencé l’inspection des bouteilles, du club et des adhérents. 6 bouteilles club et 4 adhérentesont été déjà réalisées, avec nettoyage intérieur, vérification des filets, pas de vis, corrosion intérieure ou extérieure, pose des macarons, etc...Un grand merci à tous les deux.

Pour information les bouteilles particulières, doivent être démontées par leurs propriétaires et remontées après inspection visuelle des TIV.

lucien marc

Technicien en Inspection Visuelle

Le Technicien en Inspection Visuelle est chargé des tâches suivantes :

- Effectuer l'inspection visuelle des bouteilles de plongée, (conformément à l'arrêté du 18 novembre 1986 portant dérogation à l'arrêté du 20 février 1985, disposition reprise dans l’arrêté de 15 mars 2000 modifié par l’arrêté du 30 mars 2005).

- Effectuer la révision des robinets

-Tenir à jour le registre des bouteilles utilisées par le club, ou confiées au club,

- Etablir les fiches d'inspection et les certificats de visite,

- Envoyer les fiches de contrôle visuel dûment remplies (accompagnées d'une enveloppe timbrée portant l'adresse de retour des macarons) à la C.T.R. pour l'obtention des macarons, 

- Gérer et apposer les macarons d'inspection visuelle. 

fiche040

fiche041

 

Petites annonces MSLC